Genève: «On est malheureusement obligés d’être répressifs»
Publié

Genève«On est malheureusement obligés d’être répressifs»

La police a mené jeudi des contrôles des deux-roues. De nombreux cyclistes ont été pincés.

par
Léonard Boissonnas
Les policiers étaient notamment postés au quai du Mont-Blanc, où les cyclistes devaient descendre de leur vélo pour emprunter un passage.

Les policiers étaient notamment postés au quai du Mont-Blanc, où les cyclistes devaient descendre de leur vélo pour emprunter un passage.

leo/20min

«Bonjour Madame, veuillez vous mettre de côté, s’il vous plaît», demande un agent de la brigade routière à une cycliste sur le quai du Mont-Blanc. À la clé, une amende de 30 francs pour ne pas avoir posé pied à terre sur un tronçon en travaux réservé aux piétons, pourtant signalé comme tel par un panneau.

La police cantonale menait jeudi matin une opération de contrôle des deux-roues, motorisés ou non. En à peine dix minutes, cinq adeptes de la petite reine se sont fait coller à cet endroit. «Ce n’est pas clair, c’est mal fait», proteste l’un d’eux. «Je peux comprendre votre mécontentement, mais il y a tous les panneaux nécessaires, la signalisation est conforme», rétorque le capitaine Yann Oppeliguer, officier opérationnel de la police routière, chargé de mettre en place les contrôles. «Ils ont tellement l’habitude de circuler par là qu’ils ne voient même plus la signalisation», constate le gradé. «Notre but, c’est la prévention, poursuit-il. Mais nous sommes malheureusement obligés de passer par la répression. À cet endroit, c’est très accidentogène, car un cycliste qui ne mettrait pas pied à terre peut entrer en collision avec un piéton, ou peut se mettre en danger s’il passe par la route.»

Grands axes, nouveaux aménagements

La brigade routière mène des contrôles par thématiques (deux-roues, poids lourds, état du conducteur, e-mobilité le mois prochain, etc.) à raison de deux à trois opérations mensuelles pour chacune d’elles. Elles ont lieu sur les deux rives, dans des endroits choisis selon certains critères, explique Alexandre Brahier, porte-parole des forces de l’ordre genevoises: «Les lieux de contrôle sont définis le matin même de l’opération, relate-t-il. Nous visons les grands axes, ceux où l’on constate qu’il y a beaucoup d’accidents, les zones temporaires ou en travaux (comme au quai du Mont-Blanc), et les lieux où il y a de nouveaux aménagements. Nous nous basons également sur les remarques de citoyens, qui nous rapportent des comportements problématiques récurrents.»

Feux rouges grillés

Jeudi, les agents étaient postés notamment sur le quai du Mont-Blanc, à la place du Port ou encore au boulevard des Tranchées, où a été instituée l’une des fameuses pistes cyclables tant décriées par certains depuis quelques mois. Là, de nombreux vélos ont été amendés pour avoir grillé le feu rouge. Un classique, indique le capitaine Oppeliguer: «L’infraction la plus constatée chez les cyclistes est le non-respect du feu rouge et le non-respect d’un signal de prescription (ndlr: panneau marqué par un rond rouge, signalant une interdiction)», explique-t-il. Cela a été également le cas jeudi, où 44 amendes ont été infligées pour ces infractions (voir encadré). «Si nous devons retourner une deuxième fois à un endroit précis et qu’il y a encore beaucoup d’amendes, cela veut dire que notre mission n’est pas remplie, ajoute l’officier. Nous préférerions qu’il y en ait moins, cela voudrait dire que les règles sont respectées.»

Pluie d’amendes

En trois heures, les dix agents déployés sur le terrain ont distribué 55 amendes d’ordre, rapporte Alexandre Brahier: 17 pour non-respect du signal lumineux (60 francs), 27 pour non-respect d’un signal de prescription (30 francs), ainsi que cinq contraventions pour franchissement d’une ligne ou d’une double ligne. Une moto a aussi été pincée sur une piste cyclable et un automobiliste puni pour avoir téléphoné au volant.

Ton opinion

1344 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Énervé

22.09.2020, 01:32

Vu comment ils roulent, ne respectent pas les feux, ne respectent pas les priorités de droute, les céder le passage et les Stop je pense qu'un test théorique obligatoire ne serais pas une mauvaise idée... ils se mettent en danger et si ils tombent on est fautif.

MakroBenzina

21.09.2020, 21:49

J'aime pas les cyclistes, j'aime pas les automobilistes, j'aime pas les frontaliers, j'aime pas les Vaudois, j'aime pas les Valaisans, je déteste les Tessinois, je ne sais pas travailler, votez UDC !

Maxime

21.09.2020, 20:48

Il faudrait déjà que Genève mette ses pistes cyclables aux normes et continues. Piste cyclable du pont du Mont Blanc qui atterri sur un trottoir, aucun moyen d'aller tout droit dans un sens comme dans l'autre... la ville met en danger les cyclistes. Des dizaines de contrôles cyclistes et jamais de contrôles d'automobilistes. Pourtant les deux grillent des feux...