Fête des voisins: On fait la fête pour briser la glace
Actualisé

Fête des voisinsOn fait la fête pour briser la glace

Pourquoi ne pas partager un moment
de convivialité avec ses voisins, le dernier jour de mai? Ce sera
le moment ou jamais!

par
Catherine Muller
Il suffira de descendre au pied de l'immeuble pour parler avec ses voisins ce 31 mai. Presque aussi simple que de «chatter» avec l'autre bout du monde.

Il suffira de descendre au pied de l'immeuble pour parler avec ses voisins ce 31 mai. Presque aussi simple que de «chatter» avec l'autre bout du monde.

Votre voisin de pallier a déménagé il y a un mois et vous connaissez à peine le nom du nouvel arrivant? Rassurez-vous, vous n'êtes pas à classer parmi les asociaux incurables. Peut-être avez-vous simplement besoin d'un coup de pouce pour vous rendre un brin moins individualiste.

C'est d'ailleurs l'un des buts recherchés par les organisateurs de la fête des voisins, qui aura lieu en Suisse le mardi 31 mai. La manifestation s'est déroulée pour la première fois en France en 2000. Après avoir «colonisé» la région genevoise en 2004, elle se tiendra cette année dans 37 communes suisses, dont Neuchâtel et les communes urbaines du Chablais (lire ci-dessous).

Le principe? Les habitants se retrouvent autour d'un verre ou d'un repas devant leur domicile. Les collectivités publiques ne jouant que le rôle de «facilitatrices» pour provoquer ces rencontres. Les voisins sont les véritables organisateurs et participants. La fête n'a donc lieu que là où un résident aura pris l'initiative de l'organiser, pour laquelle il pourra toutefois recevoir une aide logistique de la part des autorités qui soutiennent l'événement.

Outre l'aspect convivial et social d'un tel concept, il permet également de réduire certaines incivilités et autres comportements préjudiciables à la vie en cohabitation. «Il est évident que lorsqu'on prend la peine de connaître les gens qui habitent le même immeuble que nous, on apprend à mieux les respecter», assure Christian Jöhr, adjoint à la direction du Service social de la ville de Genève.

Le Chablais se jette dans le bain cette année

Sept communes chablaisiennes (vaudoises et valaisannes) ont décidé de promouvoir la fête auprès de leurs habitants. «Sur les 29 communes membres de Chablais Région, c'est un bon début», note Aline Fournier, coordinatrice régionale de l'événement. «Pour une région comme la nôtre, qui enregistre environ un millier de nouveaux habitants chaque année, il est important de ne pas se concentrer que sur le développement économique, mais aussi sur le volet social. Notre but est de donner aux gens un coup de pouce pour qu'ils puissent nouer des liens avec leurs voisins.»

La jeunesse à l'origine de l'organisation

A Neuchâtel, l'initiative de rejoindre le mouvement revient au Parlement des jeunes. «Il devait monter un projet dans le cadre des festivités du Millénaire (la Ville fête en 2011 son 1000e anniversaire). Le choix s'est porté sur la fête des voisins, qui en l'occurrence s'adresse à toute la population», explique Vãnia Carvalho, coordinatrice pour les activités jeunesses à Neuchâtel. L'objectif est de pérenniser la manifestation. «Dans une société de plus en plus individualiste, il est important que les gens ne s'isolent pas» La mayonnaise semble en tous les cas bien prendre. «Nous avons même dû freiner certaines ardeurs de personnes qui voulaient carrément organiser des grandes fêtes de quartiers».

Fête des voisins 2011

Mardi 31 mai, dans trente-sept communes de Suisse. Toutes les infos sur www.immeublesenfete.com

Des bons rapports de voisinage, ça s'entretient

Un voisin, c’est un peu comme un membre de sa famille. On ne le choisit pas, il faut «faire avec». A plus forte raison s’il vit à quelques mètres de chez nous! Pour éviter de terminer dans le bureau d’un médiateur pour régler un conflit, voici quelques conseils à appliquer au quotidien.

- Si vous prévoyez d’inviter une horde d’amis à la maison, prévenez impérativement les résidents de votre immeuble. Et n’abusez pas de la sono après 22 heures, histoire d’éviter qu’on vienne frapper à votre porte.

- Si vous habitez à la campagne, votre voisin direct appréciera que vous ne fassiez pas démarrer votre tondeuse à gazon à 8 heures sonnantes. A moins d’avoir une surface telle qu’il vous faut une journée complète pour en venir à bout!

-Évitez de sortir votre poubelle le soir et de la laisser stagner derrière votre porte jusqu’au matin. L’odeur (forcément nauséabonde) qui s’en échappe incommodera (au minimum) tous vos voisins de pallier.

- Ne vous arrêtez pas (sans faire de bruit) dans la cage d’escaliers quand vous entendez une porte qui s’ouvre un étage plus bas, le temps que la «voie» soit de nouveau libre. Dites plutôt bonjour à vos voisins!!

-Sauf urgence, respecter le droit à l’intimité de vos voisins. Ce n’est pas parce qu’ils sont à côté qu’il faut, par exemple, les déranger pour un motif qui peut sans autre attendre la prochaine fois que vous les croiserez par hasard.

«Ce n’est pas un allié naturel»

Pour le sociologue Robert Rochefort, membre du comité de parrainage de la Fête des voisins en France, «les réseaux de communication et de rencontres sont d’abord centrés sur la famille et le travail. Les rapports de voisinage ne constituent qu’un lien mineur. De plus, le voisin n’est pas considéré comme un allié naturel. Il est le plus souvent perçu de manière négative.» Robert Rochefort se réjouit donc de voir qu’un tel événement existe et qu’il puisse servir «de véritable antidote à l’indifférence et à l’isolement».

Ton opinion