Christian Constantin: «On gère mal l'histoire de nos matches»
Actualisé

Christian Constantin«On gère mal l'histoire de nos matches»

Le président du FC Sion apprécie très moyennement le début de saison contrasté de sa formation. Il évoque la suite.

par
njr
Christian Constantin en tribunes.

Christian Constantin en tribunes.

Keystone

Quatre matches, six points, soit le même bilan chiffré que douze mois auparavant sous l'ère Tramezzani: le début de championnat du FC Sion n'est pas du goût de Christian Constantin. Ce n'est en tout cas pas ce que son président en attendait. «On est moyen, sans progrès par rapport au précédent exercice», observe-t-il froidement.

Après la mauvaise gestion du match d'ouverture contre Lugano, perdu 1-2 à domicile suite à une horrible bourde de Maisonnial jamais compensée, les circonstances de la défaite dominicale à Bâle ont fortement déplu au boss de Tourbillon. «On bosse bien la semaine, le travail est impeccable, l'ambiance excellente mais on se plante le week-end. Notre vrai problème, c'est que l'on gère mal l'histoire de nos matches. Quand on a la chance de revenir à égalité à Saint-Jacques et que Bâle lance Campo puis Oberlin pour aller chercher la victoire, on ne réagit pas en oubliant de sécuriser le secteur défensif.»

Ventre mou

Alors que son contingent l'autoriserait à jouer le haut du tableau, Sion ne parvient pas aujourd'hui à s'extirper du ventre mou du classement. Si YB, loin devant déjà, s'est envolé, les positions demeurent extrêmement serrées avec pas moins de sept équipes regroupées en trois points. Le club valaisan ne compte ainsi qu'une unité de retard sur Bâle. Mais pour ne pas se laisser décramponner et devoir revoir à la baisse les ambitions qu'il peut nourrir, le voici condamné à l'emporter à la fin du mois contre GC au Letzigrund.

Avant cela, il y aura la Coupe de Suisse et un déplacement piégeux samedi à Köniz, où l'attend une redoutable équipe de Promotion League. Sion l'effectuera sans fanfaronner, ce d'autant plus après son élimination prématurée de la saison dernière, lorsqu'il s'était fait sortir dès le 2e tour par les amateurs éclairés du Stade-Lausanne-Ouchy, vainqueur 2-1 après prolongation. «On verra si la bonne leçon que l'on a pris a été retenue...» Pas question donc, dans un premier temps, d'aller plus vite que la musique. «Tout peut être un objectif, conclut Constantin. Mais avant d'imaginer la reconquête du trophée, il faut déjà penser franchir la première marche.»

Ton opinion