Actualisé 28.04.2017 à 13:42

Greenpeace à l'AG de Credit Suisse«On m'avait dit que c'était un pays tranquille»

Des militants de l'ONG ont débarqué, en pleine assemblée générale du numéro deux bancaire helvétique, pour dénoncer la politique environnementale de l'entreprise.

de
cga

C'est en plein discours du directeur général de Credit Suisse, Tidjane Thiam, devant l'assemblée générale des actionnaires que Greenpeace a fait irruption. Des militants sont descendus en rappel depuis le plafond de la salle zurichoise du Hallenstadion, dans laquelle se déroule l'évènement, avec une bannière ayant le slogan: «Stop dirty pipeline deals» (ndlr: Arrêter les accords commerciaux dégueulasses sur les pipelines en référence à un projet controversé d'oléoduc au Dakota du Nord), masquant l'écran géant sur lequel la banque détaillait ses chiffres pour ses comptes 2016.

«Je vous remercie de votre intérêt pour ma présentation», a réagi non sans une pointe d'humour le Franco-Ivoirien qui a ensuite souligné qu'il croyait fermement à la démocratie et à la liberté d'expression, relève le site du Temps. Imperturbable, le directeur général du numéro deux bancaire helvétique a été contraint de s'arrêter une seconde fois, se plaignant que les banderoles déployées empêchaient les actionnaires de voir les graphiques: «Arrêtez avec cette merde!», a crié un militant de Greenpeace. «Nous sommes aussi actionnaires!». «J'aimerais rappeler que ce jour est important pour le futur de notre entreprise», a insisté le DG.

«Beaucoup plus d'excitation que ce que j'imaginais»

«En arrivant en Suisse, on m'avait dit que c'était un pays tranquille, stable, tout ceci, c'est beaucoup plus d'excitation que ce que j'imaginais», a plaisanté Tidjane Thiam lors d'une troisième interruption destinée à faire descendre les militants du plafond.

«Credit Suisse est le premier investisseur dans l'oléoduc au Dakota du Nord», avait ainsi assuré le porte-parole de Greenpeace, Thomas Mäder, dans 10 vor 10 sur SRF, en février dernier. Le projet d'oléoduc, dont le tracé est dénoncé par la tribu sioux de Standing Rock, avait été bloqué par Barack Obama, puis relancé par Donald Trump.

Greenpeace fait irruption à l'AG du CS

28.04.2017 Des militants de l'ONG ont débarqué, en pleine assemblée générale du numéro deux bancaire helvétique, pour dénoncer la politique environnementale de Credit Suisse.

(cga/ats/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!