Actualisé 04.03.2010 à 19:58

inéditOn ment au minimum trois fois en dix minutes

Ce n'est pas un bobard: la nouvelle série «Lie to Me», avec Tim Roth, débarque dimanche sur la TSR.

von
Laurent Flückiger

«Les mots disent une chose, son corps en dit une autre, c'est un menteur.» Le cadre est posé. Dans «Lie to Me», nous n'avons pas affaire à un expert qui se base sur les traces d'ADN pour trouver le coupable, ni à un profiler qui étudie les esprits torturés des criminels, mais à un psychologue qui détecte les signes, les micro­expressions: un regard en coin, un mouvement d'épaule, etc. Et ainsi trouve la vérité.

Lancée avec succès sur la Fox en janvier 2009, «Lie to Me» est une nouvelle série policière. Comme leur liste est tellement longue, il fallait bien trouver une idée originale pour attirer les téléspectateurs. ­Chose plus ou moins réussie: ils étaient 10 millions en moyenne à regarder la saison 1. On suit donc Carl Lightman (joué par un excellent Tim Roth), qui apporte son exper­tise dans des affaires délicates pour le compte de clients allant de la police à des personnalités. Crack à qui on ne la fait pas, le scientifique est entouré d'une petite équipe, dont les trois membres ont chacun leur spécialité. Le Dr Gillian Foster est la reine des interrogatoires, l'électrique Ria Torres a un don naturel pour décrypter les corps et Eli Loker, le clown de la bande, est un as de la vérité radicale.

A travers les épisodes de «Lie to Me», nos quatre détecteurs devront affronter des problèmes de crédibilité. Pire: l'interférence de leur don dans leur vie privée. Bien fichue, la série fatigue petit à petit le téléspectateur, tant celui-ci ne cesse d'essayer de repérer des mensonges là où il n'y en pas.

Dimanche à 16h20, TSR1 (deux épisodes par après-midi dès le 14 mars).

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!