L'épouse de Fignon se confie: «On n'a pas eu le temps de se dire au revoir»
Actualisé

L'épouse de Fignon se confie«On n'a pas eu le temps de se dire au revoir»

Trois jours après la disparition de l'ex-coureur cycliste Laurent Fignon, vaincu par le cancer, son épouse Valérie a accordé une longue interview au journal français le Parisien. Extraits.

par
cam
Les obsèques du champion sont célébrées ce vendredi à 13h dans la plus stricte intimité au crématorium du cimetière du Père-Lachaise, à Paris.

Les obsèques du champion sont célébrées ce vendredi à 13h dans la plus stricte intimité au crématorium du cimetière du Père-Lachaise, à Paris.

Concernant la brutale dégradation de l'état de santé de Laurent Fignon, Valérie explique «qu'au lendemain du tour de France (ndlr : où il officiait en tant que consultant pour France 2), il a fait un épanchement pleural. C'est de l'eau qui vient dans la poche de la plèvre. L'épanchement n'a pas pu être arrêté et les métastases se sont répandues très, très rapidement ».

Courageux jusqu'au bout

Lorsque la maladie de l'ancien champion s'est déclarée, au printemps 2009, Valérie se souvient que Laurent lui a dit qu'il s'en sortirait, que plein de gens guérissaient du cancer. «Il avait l'espoir tout le temps, tout le temps, tout le temps. Cette année et demie où il a été malade, il y a eu des moments de tristesse, des moments de découragement, des moments de bonheur (…) Mais ça a été très difficile. J'ai été très malheureuse. Lui a été courageux. Il y a cru jusqu'au bout. »

Se concentrer sur lui

La veuve du champion confesse également qu'ils n'ont pas eu le temps de se dire au revoir. « Non, car jusqu'au bout, il n'a pas cru qu'il allait mourir. Ou alors, il le gardait pour lui. On a échangé plein de choses pendant cette année et demie. Ça a été très fort. Je me suis mise un peu entre parenthèses de mes amis et de ma famille pour me concentrer complètement sur lui. J'avais envie de passer du temps avec lui, même si c'était des moments silencieux.

«Il va me manquer»

Compagne de Laurent Fignon durant dix ans, Valérie avoue qu'elle n'a pas jamais côtoyé le champion. «Je l'ai connu après. J'ai vraiment l'impression qu'il y a eu deux Laurent Fignon. Le coureur cycliste et celui de la vie d'après. Il était naturel, il était amoureux, généreux. Et puis râleur, tout le monde le sait. C'était un bon mari, quelqu'un sur qui on pouvait vraiment compter. J'ai passé de très, très bons moments avec lui. Il va me manquer.»

Ton opinion