Actualisé 22.10.2010 à 15:08

Football - Europa League«On n'a pas fait un grand match»

Les joueurs du LS sont revenus sur le match sensation face au Sparta Prague. Lausanne avait obtenu jeudi soir son 1er point en Europa League.

von
Marc Fragnière/Prague
Joie lausannoise après l'égalisation de Silvio.

Joie lausannoise après l'égalisation de Silvio.

«Ce n'est pas possible de dire que nous avons fait un grand match, a d'emblée résumé le gardien Favre à la fin de la rencontre. Lorsqu'on prend trois goals, c'est qu'il y a des choses qui n'ont pas bien marché. Mais un nul comme celui-ci, c'est presque une victoire».

Auteur d'un tout grand match, le portier a un peu joué la fine bouche à l'heure de l'analyse. C'est pourtant bien lui qui a maintenu Lausanne à flot en réalisant une série d'arrêts déterminants, alors qu'il n'y a longtemps eu qu'une équipe sur le terrain: celle du Sparta Prague.

Dans l'avion du retour, Tosi partageait l'avis du dernier rempart: «Un match nul, ce n'est jamais vraiment la panacée. Mais au vu de la physionomie de la partie (n.d.l.r : rapidement mené 3-1, LS a égalisé à la 96e), ce résultat a provoqué une rare euphorie dans le vestiaire. D'autant plus qu'on a obtenu cette parité à la dernière minute et que nous avons annulé un déficit de deux buts, à l'extérieur, en Europa League. C'est tout bonnement incroyable».

L'instinct de Silvio

Remplaçant jeudi soir, le Brésilien a admis avoir été surpris par sa non-titularisation, il espère toutefois avoir répondu aux attentes du coach Rueda: «Ma mission était d'élever le rythme, car nous étions très lents jusqu'alors. Il fallait apporter plus de mouvement pour essayer de contourner l'obstacle tchèque. J'espère y être parvenu».

Auteur du 3-3, Silvio a fait preuve d'une détermination à toute épreuve pour y parvenir. Lancé tel un char d'assaut, le Sud-Américain n'a pas hésité à mettre la main pour corriger la trajectoire d'un ballon qu'une tête de Meoli avait envoyé s'écraser sur un montant. «Je n'ai pas réfléchi, et je n'ai rien prémédité. Je voulais simplement que le ballon entre dans le but et j'ai tout fait pour parvenir à mes fins», a-t-il ri, peu avant de monter dans l'avion du retour.

Discret et fort peu disert, Steuble n'a pas fait preuve de beaucoup plus de réflexion à la 75e, lorsqu'il a inscrit le plus beau but du match. «Que voulez-vous que je vous dise? J'ai frappé et c'est rentré. Tout simplement. Je n'ai même pas revu le goal. Je ne suis pas un héros, j'ai certes marqué, mais il y a deux buts de Prague qui sont venus de mon côté», a-t-il finalement concédé.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!