Drame à Bussy (FR): «On n'a pas pu lui dire au revoir»
Actualisé

Drame à Bussy (FR)«On n'a pas pu lui dire au revoir»

La famille du jeune Fribourgeois de 22 ans - décédé sur l'A1 à la hauteur de Bussy (FR) dans la nuit de mercredi à jeudi - est sous le choc. Sa mère est inconsolable.

par
ofu/cge

«Nous n'avons même pas pu lui dire au revoir. Tout s'est écroulé autour de moi lorsque j'ai appris qu'il était mort», a raconté à «Blick» la mère du jeune homme de 22 ans, décédé dans la nuit de mercredi à jeudi sur l'A1 à la hauteur de Bussy (FR). Pour des raisons encore inconnues, son fils était couché au milieu de la voie de droite lorsqu'il a été percuté par la gendarmerie vaudoise, appelée pour une intervention à Payerne (VD).

La mère, domiciliée à Estavayer-le-Lac (FR), ne pense pas qu'il se soit suicidé: «Il était heureux, il aimait travailler au camping et se réjouissait du show aérien AIR14.» Avant le drame, se rappelle la quadragénaire, son fils était à Payerne avec des amis. La Fribourgeoise affirme qu'il lui était déjà arrivé, par le passé, de rentrer à pied depuis Payerne. «Mais je ne peux pas croire qu'il se soit rendu à pied sur l'autoroute. Il n'avait pas de permis de conduire. Peut-être que quelqu'un l'a jeté d'une voiture.»

Intervention à Payerne

Lors du drame, les gendarmes vaudois se rendaient à Payerne pour une agression. Selon le porte-parole Jean-Christophe Sauterel, un homme a appelé les secours vers 1h45 après avoir été victime d'une attaque perpétrée par deux individus équipés d'un taser. Si la police assure qu'il n'y a aucun lien entre cette affaire et l'accident, la mère de la victime affirme qu'un ami de son fils s'est fait agresser à Payerne le soir du drame. Raison pour laquelle il a appelé les forces de l'ordre vaudoises. Cet ami aurait désormais mauvaise conscience, estimant que les agents roulaient sur l'A1 à cause de lui.

Ton opinion