Journée obligatoire: On n'apprend pas à skier en 24 heures
Actualisé

Journée obligatoireOn n'apprend pas à skier en 24 heures

Le Conseil fédéral refuse de subventionner une journée de sports d'hiver obligatoire par an pour les élèves du Cycle d'orientation et de l'école secondaire (secondaire I).

Le gouvernement risque de devoir batailler devant le Parlement. La motion du socialiste Matthias Aebischer a été signée par des représentants de tous les groupes. Le Bernois aimerait que les cantons prévoient dans leurs plans d'étude au moins un jour obligatoire de sports d'hiver par an. Ceux qui franchiraient le pas bénéficieraient de subventions de la Confédération.

Louer des skis, des patins à glace ou des luges est devenu un luxe que de nombreuses familles ne peuvent plus s'offrir. Un coup de pouce financier de la Confédération permettrait à des élèves, qui n'en ont pas la possibilité autrement, de pratiquer des sports d'hiver en montagne.

Autre solution

Dans sa réponse publiée vendredi, le Conseil fédéral soutient l'idée de rendre ces activités plus populaires auprès d'un jeune public qui s'en détourne de plus en plus. Mais la solution proposée n'est pas la bonne, selon lui.

Les habiletés requises ne peuvent pas être enseignées en l'espace d'une journée et le travail administratif nécessaire serait disproportionné. Le gouvernement préfère miser sur la collaboration de tous les milieux intéressés: Confédération, cantons, communes, entreprises de transports, magasins d'articles de sport, tourisme, hôtellerie et organisations sportives.

Le Conseil fédéral rappelle en outre qu'il étudie actuellement la possibilité d'implanter un ou plusieurs centres de sports de neige en Suisse. Dans ce cadre, un hébergement approprié, plusieurs journées de formation, du matériel de prêt peu coûteux et des moniteurs ayant suivi une formation adéquate offriraient des conditions idéales pour familiariser les jeunes. (ats)

Ton opinion