Vaud: On n'arrête pas des gens parce qu'ils sont Roumains
Actualisé

VaudOn n'arrête pas des gens parce qu'ils sont Roumains

Des cambrioleurs gitans interpellés par la police ont été relâchés avec leur butin dans le coffre de leur voiture. Le procureur s'explique.

par
Frédéric Nejad Toulami
Le cambriolage du magasin n'avait pas été signalé à la centrale.

Le cambriolage du magasin n'avait pas été signalé à la centrale.

«Les gendarmes ont fait leur travail. Mais, pour la suite de la procédure, je trouve que les magistrats sont beaucoup trop laxistes!» Gérant d'un magasin Denner à Onnens, André Favre ne mâchait pas ses mots, la semaine passée, dans le journal «La Région Nord vaudois». Cambriolé des dizaines de fois ces dernières années, il a subi un énième casse avec effraction le 5 décembre dernier. Plusieurs bouteilles de spiritueux ont été volées. Or ces cambrioleurs, quatre Gitans venus de France selon André Favre, ont été contrôlés le même soir à bord de leur véhicule par la police cantonale, près de Grandson. Mais, sur ordre du procureur de permanence, les agents ont laissé repartir les individus avec leur butin.

Magistrat responsable de ce dossier, Eric Mermoud s'est expliqué lundi sur la réalité des faits. «On ignorait tout du cambriolage d'Onnens au moment où les gendarmes ont contrôlé les quatre individus suspects. Le conducteur a prétendu qu'ils se rendaient à un mariage. Je ne peux pas faire arrêter des gens juste parce qu'ils sont Roumains et qu'ils ont des bouteilles d'alcool dans leur coffre», souligne le procureur.

Eric Mermoud précise que Denner a été contacté cette nuit-là en raison des étiquettes sur les bouteilles. Or la centrale du distributeur a répondu qu'aucun cambriolage n'avait été signalé dans leurs satellites. Les individus ont alors été libérés. Leur voiture portait une plaque d'immatriculation genevoise temporaire, d'après la police.

Ton opinion