Neuchâtel : «On ne peut pas protéger le tour du Creux-du-Van»
Actualisé

Neuchâtel «On ne peut pas protéger le tour du Creux-du-Van»

Après le drame qui a vu un père se jeter dans le vide avec ses deux jeunes enfants, la question de la prévention reste ouverte.

par
Anne-Isabelle Aebli
Le cirque rocheux de la réserve naturelle est long de près de 2km.

Le cirque rocheux de la réserve naturelle est long de près de 2km.

Un sentiment d'impuissance. De l'émotion, de la consternation, un brin de culpabilité aussi. Ce sont les sentiments qui ont dominé Gorgier (NE) et Provence (VD), les deux communes qui abritent le site du Creux-du-Van, après le drame de vendredi. «Ça secoue. C'est lourd, se désolait hier un habitant de Gorgier. Ça s'est passé dans notre commune, dans un site exceptionnel et qu'on aime, et on se sent concerné.»

Vendredi matin, très tôt, un Français de 36 ans s'est jeté dans le vide, du haut du cirque rocheux, avec ses deux enfants, une fillette de 3 ans et un garçon de 2 ans. L'un de ses proches a donné l'alerte après avoir reçu un SMS funeste. Les trois dépouilles ont été retrouvées quelques heures plus tard, non loin du corps d'une Neuchâteloise de 45 ans qui n'avait aucun rapport avec la famille installée aux Hôpitaux-Vieux (F), juste de l'autre côté de la frontière. Le geste du père serait dû au jugement du tribunal qui confiait la garde des enfants à son ex-femme.

Après un tel drame, la question de la prévention se pose dans ce lieu où les suicides ne sont pas rares. Outre le muret qui retient les visiteurs, faudrait-il installer des filets de sécurité au bord de la falaise pour empêcher les gens de sauter? «Le tour est beaucoup trop long, près de 2 kilomètres! Je ne sais même pas si ce serait possible», note Johny Favre, syndic de Provence. «Lorsque les gens sont décidés à commettre ce genre d'actes, ils y arrivent. Quitte à grimper par-¬dessus les filets», ajoute-t-on à Gorgier.

Ton opinion