ski alpin: «On ne va pas crever de cette tuile»
Actualisé

ski alpin«On ne va pas crever de cette tuile»

L'annulation du géant d'Adelboden avant la fin de la première manche laissera un trou de 300 000
à 400 000 francs dans la caisse des organisateurs.

par
Marc Fragnière
Adelboden

«C'est encore trop tôt pour déterminer précisément le montant que nous allons perdre dans cette affaire», a prévenu le président du comité d'organisation, Peter Willen, avant de livrer ce pronostic. En cause particulièrement, le manque à gagner relatif à la publicité télédiffusée: «Si une course n'est pas validée, alors cet argent n'est pas versé, même si les téléspectateurs ont vu une manche.»

Ces droits publicitaires TV représentent environ le quart du budget global de 3,7 millions. L'assurance perte de gain contractée par l'organisateur devrait toutefois lui permettre de limiter la casse.

«Nous sommes couverts pour un peu moins d'un million, a révélé Peter Willen, mais nous ne sommes pas certains de toucher la somme globale assurée. Il va falloir discuter avec l'assureur, et prouver que nous avons bel et bien perdu de l'argent. C'est une âpre négociation qui va s'engager.» Et celle-ci déterminera collatéralement l'augmentation de la prime pour les épreuves de 2011.

Quant aux 32 000 spectateurs, ils ne seront pas remboursés: «Si aucun coureur n'était parti, alors oui, on aurait remboursé 30 francs sur un ticket à 50 francs, parce que le public a quand même bénéficié de nos infrastructures en matière de transport. Bon, évidemment, si des gens venaient à demander le remboursement, au cas par cas, on pourrait entrer en matière. Mais, habituellement, tout le monde a conscience que le ski alpin est une discipline hivernale qui se déroule en plein air», a relevé un Peter Willen pas inquiet pour deux sous.

Ton opinion