Canton du Valais: «On ne voulait pas de lynx, alors on les abattait»
Publié

Canton du Valais«On ne voulait pas de lynx, alors on les abattait»

Trois gardes-chasse valaisans sont accusés d’avoir abattu des lynx et d’avoir encouragé le tir de cette espèce pourtant protégée.

par
Sven Forster/pac
Malgré des conditions idéales, il n’y a pas de lynx vivant dans le sud du Valais (photo prétexte).

Malgré des conditions idéales, il n’y a pas de lynx vivant dans le sud du Valais (photo prétexte).

KEYSTONE

La mission des gardes-chasse est de protéger les animaux sauvages. Cependant, comme le rapporte «Blick», trois d’entre eux sont suspectés de braconnage dans le canton du Valais. Des procédures pénales sont actuellement en cours contre un garde-chasse toujours en activité. L’homme est accusé de détenir chez lui deux aiglons, indique «Le Nouvelliste», et d’avoir illégalement tiré sur un cerf, dans une zone où la chasse était interdite. Dans le courant du mois d’août, une plainte pénale contre inconnu a d’ailleurs été déposée pour un braconnage présumé de lynx. Elle a été transmise au Ministère public par le Service de la chasse, de la pêche et de la faune (SCPF)

«Blick» a également publié une photo montrant l’accusé avec un lynx mort dans ses mains. Or, malgré des conditions idéales, il n’y a pas de lynx vivant dans le sud du Valais. On soupçonne depuis longtemps que les braconniers tuent ces bêtes, pourtant protégées en Suisse, dès leur arrivée dans le canton. Le garde-chasse incriminé aurait également ordonné aux chasseurs d’abattre des lynx. «Il a dit que c’était notre travail, de détruire les prédateurs en Valais», a confié un chasseur désirant rester anonyme.

«Un bon lynx est un lynx mort»

Outre le garde-chasse toujours en activité, deux autres individus seraient également impliqués. L’un d’entre eux officie toujours comme garde-chasse de réserve. Et aurait dit à deux photographes animaliers: «On ne voulait pas de lynx, alors on les abattait». Concernant la troisième personne soupçonnée, un paysan du coin raconte: «Il a tué un lynx alors qu’il était garde-chasse. Et le disait à tous ceux qui voulaient l’entendre». Et à présent, à titre privé, il continue de se promener avec son fusil «avec le rêve d’éliminer encore beaucoup d’autres prédateurs».

Quand un lynx se farcit une biche (mai 2020)

Ces trois personnes ne sont probablement pas des cas isolés. Comme l’avait expliqué un employé du SCPF à la RTS, l’adage «un bon lynx est un lynx mort» a prévalu pendant plusieurs années dans cet office. Les gardes-chasse en question n’ont de leur côté pas voulu répondre aux questions du «Blick».

Le 27 septembre, le peuple se prononcera sur la nouvelle loi sur la chasse. Celle-ci revisite notamment les conditions de tir des espèces à chasser ou à réguler, donnant les clés au Conseil fédéral pour en établir la liste. Les espèces protégées pourront désormais y figurer. Toutes les informations sur ce sujet dans la vidéo ci-dessous.

Ton opinion