Crash au Gothard: «On pensait que notre heure avait sonné»

Actualisé

Crash au Gothard«On pensait que notre heure avait sonné»

Juste après le crash d'un Super Puma en septembre dernier dans le massif du Saint-Gothard, le lieutenant-colonel Thomas Schmidt a tiré l'équipage de l'épave en feu. Il sera récompensé ce lundi pour son geste courageux.

par
Simon Ulrich/ofu
1 / 17
Le crash d'un hélicoptère dans le massif du Saint-Gothard n'est pas dû à une défaillance technique, a fait savoir jeudi le Département de la Défense. (Jeudi 29 septembre 2016)

Le crash d'un hélicoptère dans le massif du Saint-Gothard n'est pas dû à une défaillance technique, a fait savoir jeudi le Département de la Défense. (Jeudi 29 septembre 2016)

Keystone
Le chef de l'armée André Blattmann s'est rendu sur place. (Mercredi 28 septembre 2016)

Le chef de l'armée André Blattmann s'est rendu sur place. (Mercredi 28 septembre 2016)

Keystone
Le chef de l'armée André Blattmann s'est rendu sur place. (Mercredi 28 septembre 2016)

Le chef de l'armée André Blattmann s'est rendu sur place. (Mercredi 28 septembre 2016)

Keystone

Deux personnes ont perdu la vie, fin septembre 2016 dans un accident d'hélicoptère au Gothard. Un assistant de vol avait survécu au crash du Super Puma de l'armée suisse.

Le lieutenant-colonel Thomas Schmidt a assisté de près au drame, écrit lundi «20 Minuten». Ce jour-là, lui et quatre autres membres de l'armée avaient été déposés dans le massif par l'hélicoptère dans le cadre d'un exercice d'inspection de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). En redécollant, l'appareil avait touché une ligne à haute tension avant de s'écraser.

«On a dû briser les vitres avec nos mains»

«La ligne électrique endommagée claquait dans le ciel et les débris de l'hélicoptère tombaient sur nous», raconte Thomas Schmidt: «On pensait que notre dernière heure avait sonné.» Mais comme par miracle, aucune des personnes se trouvant sous le Super Puma n'a subi de graves blessures.

Sans attendre une seconde, le lieutenant-colonel ainsi qu'un autre membre de la délégation ont couru vers l'épave en feu afin de secourir les deux pilotes et l'assistant de vol. «On a dû briser les vitres avec nos mains et les couteaux de poche qu'on avait sur nous», se souvient Thomas Schmidt. «Pour nous, c'était évident d'agir ainsi. La règle la plus importante qu'on nous enseigne à l'instruction sanitaire, c'est de n'abandonner personne.» Et d'ajouter: «vivre avec l'idée que je n'ai pas fait le maximum aurait été insupportable pour moi.»

Thomas Schmidt sera récompensé ce lundi pour son geste courageux. Il se fera remettre à Berne le prix du samaritain. «C'est une belle distinction, mais cela n'apporte pas de réconfort face à la mort de mes deux camarades.»

Découvrez le témoignage, en allemand, de Thomas Schmidt ainsi que les images du crash:

«Wir dachten, das seien unsere letzten Sekund

Nach dem Absturz eines Super-Pumas auf dem Gotthard holte Thomas Schmidt die Helikopter-Crew aus dem brennenden Wrack. Für den mutigen Einsatz erhält der nun den Samariterpreis.

Ton opinion