Actualisé 07.08.2015 à 08:00

Football - Angleterre

On prend les mêmes...

La disette est sur le point de finir pour les fans de football. La saison 2015/16 de Premier League reprend ce week-end, avec en ouverture samedi dès 13h45 un alléchant Manchester United - Tottenham.

Vingt clubs se trouvent sur la ligne de départ, prêts à en découdre sous les yeux d'une bonne partie de la planète, tant le championnat d'Angleterre a su développer sa popularité sur tous les continents, et particulièrement en Asie et en Amérique du Nord. Un marketing à l'efficacité redoutable, couplé à l'explosion des nouvelles technologies et à la hausse exponentielle des droits de télévision, fait que les clubs anglais connaissent une période d'opulence qui suscite l'envie la plupart des autres championnats.

Alors que la période des transferts dure jusqu'au 1er septembre, les vingt équipes de Premier League ont déjà dépensé plus de 500 millions de livres (760 millions de francs) pour effectuer leur marché estival. Le record de 835 millions de livres (1,2 milliard de francs), qui date de l'an dernier à pareille époque, pourrait bien tomber. Car ces prochaines semaines, de gros transferts vont sans aucun doute encore se produire, dans les formations de pointe évidemment, mais aussi parmi le reste du peloton.

Ordre établi

Chez les bookmakers, on fait confiance à l'ordre établi à l'heure d'établir les pronostics. Un comparatif des principaux opérateurs dans le domaine des paris sportifs permet de constater que Chelsea reste le favori à sa succession. Mais de peu devant ses contradicteurs de la saison dernière, dans l'ordre Manchester City, Arsenal et Manchester United. Le top 4 a de fortes chances d'être inchangé d'ici à mai 2016, de l'avis quasi général.

Parmi les quatre favoris, Manchester United s'est montré jusqu'ici le plus actif en embauchant Depay, Schweinsteiger, Schneiderlin et Darmian. Le club d'Old Trafford risque de ne pas en rester là et de recruter encore un attaquant de renom. Chelsea n'a pas affolé le marché pour l'instant, avec la venue en prêt de Falcao. Calme aussi à Arsenal, avec quand même l'arrivée du gardien Cech, en provenance de Chelsea où il n'était plus titulaire.

Artillerie lourde

Quant à Manchester City, il a payé très cher pour Sterling, qui a quitté Liverpool pour la bagatelle de 49 millions de livres (75 millions de francs). Les Citizens, délivrés comme le PSG du poids des sanctions liées au fair-play financier, sont prêts à envoyer l'artillerie lourde pour se renforcer. La piste menant au joyau belge De Bruyne (Wolfsburg) a été réactivée: un accord pourrait se faire à hauteur de 50 millions de livres (76 millions de francs). Mais le joueur, échaudé par son échec à Chelsea voici deux ans, ne serait pas très chaud pour traverser à nouveau la Manche...

Après une fin de saison cauchemardesque, Liverpool a réagi. Brendan Rodgers a sauvé son poste et il a même obtenu une substantielle enveloppe pour remodeler un effectif orphelin de son talisman Gerrard, parti à Los Angeles, et de Sterling. L'argent du transfert de ce dernier a été réinvesti en totalité avec une rallonge en plus, les Reds engageant notamment Benteke, Firmino, Ings, Milner et Clyne. L'objectif avoué des patrons du club est de retrouver le top 4, sans quoi Rodgers pourrait bien être sacrifié. Les observateurs voient Liverpool finir au 5e rang...

Deux Suisses participeront à ce championnat des étoiles. Almen Abdi et Valon Behrami portent les couleurs de Watford, l'un des néo-promus avec Norwich et Bournemouth. Pour ces trois équipes, le difficile objectif sera de maintenir sa place parmi l'élite. Il n'est pas rare que deux des trois nouveaux retournent à l'échelon inférieur après une saison. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!