M2 à Lausanne: «On se croirait sur des montagnes russes»
Actualisé

M2 à Lausanne«On se croirait sur des montagnes russes»

Après cinq années de travaux,
les Vaudois ont pu emprunter pour la première fois
le M2 hier après-midi déjà. Ambiance et réactions.

«C'est vraiment super de pouvoir enfin le prendre, confie Fabien, 23 ans. Ça fait trois ans que je suis étudiant à Lausanne, et je l'attendais avec impatience. Je vais gagner plus d'une demi-heure par jour.» Comme lui, des milliers de personnes de tous âges ont profité, dès 15 h 30 hier, de cette première journée d'inauguration pour découvrir un moyen de transport qui va leur simplifier la vie. «Depuis que je suis né, j'en entends parler», explique le Lausannois Grégory, 31 ans. «Ça ne va pas changer grand-chose pour moi parce que je vais au travail à pied. Mais en hiver, quand on va en ville, il fait froid. Comme nous n'avons pas de voiture, ce sera plus facile pour se déplacer.»

D'Ouchy, au bord du lac, au terminus Croisettes, aux portes d'Epalinges, le parcours dure environ vingt minutes. Les rames ont fait le plein hier-après midi. De nombreux passagers se sont massés à l'avant pour bénéficier de la vue des galeries souterraines et de la sensation de vitesse. «Impressionants, ces pentes et ces virages, non? On dirait des montagnes russes!» blaguent certains, qui trouvent le tracé du M2 plus beau que dans le métro parisien ou londonien. La plupart des ados filment le trajet sur leur téléphone portable. Si les démarrages secs déstabilisent ceux qui se tiennent debout, la vue extérieure sous le pont Bessières ravit tout le monde à chaque passage.

Raymond connaissait la «vraie Ficelle, avec le câble». A 76 ans, il a tenu à tester le nouveau métro sur la totalité de son parcours. Son verdict: «Pour le moment, il n'y a pas de problème. J'apprécie la rapidité, le confort.» Que pense-t-il des places assises? «Peut-être qu'il ne faut pas deux Brélaz sur le même siège, mais sinon ça va bien», glisse le retraité malicieux.

Didier Bender/Frédéric Nejad

Vidéo: Lausanne à l'heure du M2 et des concerts de Label suisse (Vidéo: Keystone)

$$VIDEO$$

Le M2 en chiffres

3: en minutes, la cadence aux heures de pointe. Elle sera de 6 minutes en dehors de ces heures.

5: comme le nombre d'années de travaux, de 2004 à 2008.

6: en %, la pente moyenne du métro. 12% représentant la pente maximale.

6:: le nombre de kilomètres de la ligne du M2.

14: comme le nombre de stations, d'Ouchy, au bord du lac, à Croisettes, au nord de la ville.

15: le nombre de rames en circulation

20: en minutes, le temps du trajet d'un bout à l'autre de la ligne.

25: en millions, le nombre de voyageurs annuels estimés, et ce dès la première année.

338: en mètres, la dénivellation qui sépare Ouchy d'Epalinges.

740: en millions, le coût final de ce métro révolutionnaire.

«Le M2, ce trait d’union»

DISCOURS OFFICIELS. Après avoir pris le M2 à la station Croisettes, le conseiller fédéral Moritz Leuenberger est sorti à la Riponne vers 15 h 15. Accompagné notamment du Conseil d’Etat au complet, du syndic, des municipaux, des responsables des TL et du chantier du métro, il s’est rendu sur la place pour assister au début des festivités, avec des spectacles, et aux allocutions. Chef du projet M2, l’ingénieur Marc Badoux semblait très ému au micro sur scène. Leuenberger a comparé le M2 a un trait d’union avant de s’inspirer de citer Ramuz, en parlant d’une «beauté sous terre». Les conseillers d’Etat Marthaler et Broulis se sont félicités du «nouveau-né».

(fnd)

Ton opinion