Actualisé 08.08.2017 à 10:45

Suisse

On se fait moins hospitaliser pour ivresse

Depuis 2008, les hospitalisations pour intoxication alcoolique sont en baisse. Mais il est difficile d'expliquer pourquoi.

Après une forte augmentation entre 2003 et 2008, les hospitalisations pour intoxication alcoolique sont en recul en Suisse. Les explications manquent toutefois pour interpréter de manière sûre cette régression, indique mardi Addiction Suisse.

En 2014, plus de 23'300 personnes ont été hospitalisées à titre stationnaire après une intoxication alcoolique ou à cause d'une dépendance à l'alcool. Les jeunes de 10 à 23 ans représentaient un peu moins de 8% des cas.

Croissance très marquée

Le nombre de traitements stationnaires pour intoxication alcoolique a augmenté de manière «fulgurante» de 2003 à 2008, en particulier chez les jeunes. Addiction Suisse tire ces chiffres de la Statistique médicale des hôpitaux suisses.

Depuis 2008, ce nombre diminue régulièrement, avec un retour pour la population générale en 2014 au niveau atteint en 2003. Malgré cette baisse, les chiffres restent supérieurs de 26% pour les 10-23 ans à ceux de 2003.

Des hypothèses

Cette diminution globale est difficile à expliquer, reconnaît Addiction Suisse. «On ne sait pas et l'on doit formuler des hypothèses» à ce stade, indique l'association. L'offre ambulatoire s'est développée pour le traitement des intoxications alcooliques et la consommation à risque pourrait se dérouler davantage dans un cadre privé, note le communiqué.

Addiction Suisse relève également mardi quelques résultats d'une autre étude sur l'impact de l'ivresse ponctuelle. Les chercheurs soulignent qu'une consommation à risque répétée, notamment chez les jeunes, entraîne une hypersensibilité aux stimuli liés à l'alcool (publicité, disponibilité, etc.).

Le lit de la dépendance

L'ivresse ponctuelle a des répercussions à long terme et fait le lit de la dépendance. «L'ivresse ponctuelle et la dépendance à l'alcool pourraient être considérées comme deux phases d'un même phénomène», avance Addiction Suisse. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!