Vaud - «On s’est dit: chouette, il y a des colis gratuits à La Poste!»
Publié

Vaud«On s’est dit: chouette, il y a des colis gratuits à La Poste!»

Un couple a été surpris de voir des paquets laissés à la portée de tous, samedi. La Poste regrette cette erreur.

par
Jacqueline Favez
1 / 3
Les colis, dont beaucoup provenaient de la marque de vente de vêtements en ligne Zalando, étaient à la portée de tout un chacun.

Les colis, dont beaucoup provenaient de la marque de vente de vêtements en ligne Zalando, étaient à la portée de tout un chacun.

Lecteur-Reporter
Ils avaient été déposés dans le local où se trouvent les box sécurisés. Ils y sont probablement restés tout le week-end.

Ils avaient été déposés dans le local où se trouvent les box sécurisés. Ils y sont probablement restés tout le week-end.

Lecteur-Reporter
«Il y en avait un ouvert, à même le sol. Peut-être que quelqu’un s’était déjà servi…» imagine notre témoin.

«Il y en avait un ouvert, à même le sol. Peut-être que quelqu’un s’était déjà servi…» imagine notre témoin.

Lecteur-Reporter

Un lecteur et sa compagne venus samedi après-midi récupérer un envoi dans une case sécurisée de l’office de poste de Renens ont eu la surprise de voir plusieurs paquets entassés dans le local, ouvert à tout un chacun. «On s’est dit en rigolant: chouette, des colis Zalando gratuits!» commente le témoin. Avant d’ajouter: «Cela dit, il y avait un emballage ouvert à même le sol. Peut-être que quelqu’un s’était effectivement déjà servi...»

Contactée, La Poste reconnaît une erreur regrettable. «Un collaborateur d’une entreprise partenaire a déposé les colis à cet endroit en supposant que ces locaux n’étaient pas accessibles au public. De nombreuses directives de La Poste ont été ignorées: les colis ne doivent en aucun cas traîner sans surveillance», note Léa Wertheimer, responsable du service de presse. La société en question a été contactée afin d’éviter que cela se reproduise.

Pas de problème général de sécurité

Ce cas n’est pas sans rappeler l’abandon, en mai dernier, de 22 caisses de bulletins de vote devant la porte du Service des votations et élections de Genève. Elles étaient restées trois jours et trois nuits dans la rue, l’incident s’étant produit le week-end de Pentecôte. Là aussi, cette méprise était le fait d’un employé d’une entreprise partenaire. Toutefois, pour Léa Wertheimer, «il n’y a pas de problème général de sécurité».

Elle rappelle que 2,5 millions de lettres et jusqu’à 1 million de colis sont distribués chaque jour et que, sur un tel volume, il arrive que des erreurs se produisent.

Ton opinion