France: on va injecter des vitamines au béluga de la Seine pour lui ouvrir l’appétit

Publié

FranceOn va injecter des vitamines au béluga de la Seine pour lui ouvrir l’appétit

Le cétacé, repéré le 2 août dans le fleuve et qui se trouve actuellement dans le bassin d’une écluse à environ 70 km de Paris, ne s’alimente plus et s’affaiblit.

Le béluga était samedi «très calme» et faisait des allers-retours dans le bassin de l’écluse «tranquillement», selon la secrétaire générale de la préfecture de l’Eure.

Le béluga était samedi «très calme» et faisait des allers-retours dans le bassin de l’écluse «tranquillement», selon la secrétaire générale de la préfecture de l’Eure.

AFP

Des vitamines vont être administrées au béluga qui se trouve dans la Seine, à environ 70 km de Paris, pour qu’il retrouve de l’appétit alors qu’il ne s’alimente plus, ont annoncé samedi les autorités locales. «Les vitamines sont administrées par un vétérinaire avec les moyens habituels, le fléchage (…). Il n’y a pas lieu d’être impressionné par cette technique», a déclaré Isabelle Dorliat-Pouzet, secrétaire générale de la préfecture de l’Eure.

Le cétacé de quatre mètres, dont la présence dans la Seine est exceptionnelle, continuait toujours de ne pas s’alimenter samedi, alors qu’il se trouve dans l’écluse de Notre-Dame-de-la-Garenne, d’une dimension d’environ 125 m sur 25 m depuis vendredi. «C’est un individu assez décharné et qui semble avoir des difficultés d’alimentation», a dit Isabelle Dorliat-Pouzet. Les tentatives de le nourrir, avec des harengs morts puis des truites vivantes, n’ont, semble-t-il, pas abouti.

Sortir le cétacé du bassin de l’écluse est pour l’heure exclu

Parmi les hypothèses pour éviter que le cétacé périsse, figurent la réouverture «de l’écluse vers la mer, à 160 km, pour qu’il puisse reprendre son chemin» ou l’éventualité de le conserver dans le bassin «pour qu’il puisse reprendre de l’appétit». Interrogée sur la possibilité de l’extraire du bassin, Isabelle Dorliat-Pouzet a répondu que ce n’était pas l’hypothèse privilégiée car les spécialistes ne sont pas certains «que le béluga soit suffisamment costaud pour supporter cette manipulation».

Toute décision sera prise «dans l’intérêt de l’animal» et «aucune décision n’a encore été prise» alors que des analyses sont attendues, a répété la secrétaire générale de la préfecture. Autre élément, «des petites taches» sont apparues qui peuvent être naturelles en raison de l’eau douce mais qui peuvent aussi signifier «d’autres difficultés», selon la même source. Le béluga, qui était samedi «très calme» et faisait des allers-retours dans le bassin «tranquillement», a été repéré le 2 août dans la Seine.

Il y a trois mois, une orque s’était aventurée dans le fleuve

En mai, c’est une orque qui s’était retrouvée en difficulté dans la Seine entre Rouen et Le Havre. Les opérations pour tenter de sauver le cétacé avaient échoué et l’animal était finalement mort de faim. Selon Isabelle Dorliat-Pouzet, la situation entre l’orque et le béluga est «très différente». L’orque «était plus affaiblie que le béluga» et «avait disparu des radars pendant un certain temps». Ce sont «deux animaux différents, l’orque supporte moins l’eau douce que le béluga», a-t-elle expliqué.

Selon l’observatoire Pelagis, spécialiste des mammifères marins, il s’agit du second béluga connu en France après qu’un pêcheur de l’estuaire de la Loire en avait remonté un dans ses filets en 1948. Le béluga est une espèce protégée de cétacé vivant habituellement dans les eaux froides.

(AFP)

Ton opinion

1 commentaire