Actualisé 21.09.2017 à 12:15

ValaisOn va pouvoir skier à Morgins cet hiver

Après quatre hivers difficiles, le sauvetage des remontées mécaniques de Télémorgins-Champoussin a abouti.

Après quatre hivers difficiles, Télémorgins-Champoussin SA était au bord de la faillite.

Après quatre hivers difficiles, Télémorgins-Champoussin SA était au bord de la faillite.

Keystone

Le sauvetage de Télémorgins-Champoussin, sur le domaine skiable valaisan des Portes du Soleil, a abouti. Les apports de fonds d'une nouvelle société et la concrétisation de promesses de dons doivent renflouer les caisses.

Après quatre hivers difficiles, Télémorgins-Champoussin SA était au bord de la faillite. «La constitution de la société Portes du Soleil suisse (PDS-ch) SA va permettre la poursuite de son exploitation», ont communiqué jeudi les domaines Champéry-Les Crosets et Champoussin-Morgins.

La nouvelle société est constituée des remontées mécaniques de Champéry-Les Crosets, Chalet-Neuf Bellevue et Télé-Torgon. «Elle exploitera dans un premier temps le domaine de Morgins et de Champoussin et entend prendre en charge, à terme, la totalité des sociétés suisses des Portes du Soleil», poursuit le communiqué.

Tout n'est pas gagné

Pour sortir de l'impasse financière, Télémorgins-Champoussin devait réunir un montant d'abord estimé à 1,8 million de francs, puis réévalué à 2,2 millions de francs environ. De quoi financer les travaux de remise à jour des installations selon les exigences de l'Office fédéral des transports, qui ont démarré il y a quelques jours.

L'apport de Téléchampéry-Les Crosets se montera à 1,4 million de francs et celui de Chalet-Neuf-Bellevue à 200'000 francs. Le solde fera ensuite l'objet d'une ouverture du capital aux donateurs ayant répondu favorablement à l'appel de fonds lancé en mai dernier par Télémorgins.

Ils sont plus de 350 donateurs à ce jour à avoir promis au total environ 1,2 million de francs, a précisé Enrique Caballero, membre du conseil d'administration de Télé Champéry-Crosets. «Il est très important que ces promesses de dons se concrétisent pour assurer non seulement le démarrage mais aussi la pérennité de l'exploitation. Nous sommes toujours sur le fil du rasoir, la situation n'est pas encore gagnée», a complété Fabrice Donnet-Monay, président de la commune de Troistorrents. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!