Actualisé 22.02.2020 à 07:09

Mort d'Arthur Noyer«On voit sur les vidéos un prédateur en chasse»

Les parents du jeune caporal tué en mai 2017 par Nordahl L. sont écoeurés par la décision du procureur de requalifier les faits en meurtre, et non plus en assassinat.

Nordahl L. a avoué avoir tué Arthur Noyer (gauche) lors d'une bagarre qui aurait mal tourné. Il assure que c'était un accident.

Nordahl L. a avoué avoir tué Arthur Noyer (gauche) lors d'une bagarre qui aurait mal tourné. Il assure que c'était un accident.

Les parents d'Arthur Noyer ont contesté jeudi le renvoi de Nordahl L. devant la cour d'assises de Savoie pour le meurtre et non plus l'assassinat de leur fils, demandant aussi un rééquilibrage des droits de victimes lors de l'instruction. «Nos réactions ont été l'anéantissement, la colère et l'incompréhension», a déclaré Cécile Noyer, mère d'Arthur Noyer, lors d'une conférence de presse à Bourges.

«Depuis le 20 décembre 2017, Nordahl L. a été mis en examen pour assassinat à la demande du procureur de Chambéry. Ce chef d'inculpation n'a jamais été contesté par quiconque. Je ne comprends pas la décision du procureur», a-t-elle ajouté. Un homicide volontaire sans préméditation est puni au maximum de 30 ans de réclusion criminelle alors qu'un homicide volontaire avec préméditation, est puni de la perpétuité. «Il pourrait sortir dans 20 ans», a lancé en colère Mme Noyer.

«On sort le tapis rouge à Nordahl L. Arthur ne demandait qu'à vivre (...) Et ça va être à nous de prouver que le dossier va dans le sens de la préméditation!», s'est-elle offusquée. Le père d'Arthur, Didier Noyer, a évoqué sa «lecture différente du dossier», appuyée par les images de vidéosurveillance que la famille a pu visionner.

Ne pas compter sur l'affaire Maëlys

«Notre lecture nous fait dire qu'il y a préméditation. On voit sur les vidéos de la ville un prédateur en chasse d'une victime. On le voit tourner à pieds, tourner en voiture. Il avait besoin d'assouvir des instincts et c'est Arthur qui les a subis», a-t-il insisté. Le couple a dit ne pas vouloir «compter sur l'affaire Maëlys pour espérer obtenir une peine de perpétuité». «Chaque victime a le droit à son procès», ont-ils défendu.

Accompagnés de leur avocat Me Bernard Boulloud, Cécile et Didier Noyer ont remis une proposition de loi à l'attaché parlementaire du député LREM de la troisième circonscription du Cher, Loïc Kervran. Elle vise à donner plus de poids aux victimes dans la procédure pénale. Le code de procédure pénale n'autorise pas l'avocat des parties civiles à faire appel de l'ordonnance de mise en accusation du juge d'instruction, si ce dernier suivait l'avis du procureur.

Mis en examen pour assassinat dans un premier temps en décembre 2017, Nordahl L. (36 ans) avait reconnu en mars 2018 une bagarre avec Arthur Noyer, qui avait entraîné la mort du caporal de 23 ans, membre du 13e Bataillon de chasseurs alpins. Le meurtrier présumé est par ailleurs mis en examen pour le meurtre de la petite Maëlys et pour agressions sexuelles sur deux petites cousines.

(AFP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!