Scrutin du 29 novembre: On votait aussi dans plusieurs cantons alémaniques
Publié

Scrutin du 29 novembreOn votait aussi dans plusieurs cantons alémaniques

Bassin portuaire à Bâle, Energie à Schwyz, loi sur la police à Soleure et protection des sols à Lucerne: le menu des votations cantonales était copieux dimanche outre-Sarine.

Les citoyens de Bâle-Ville sont appelés aux urnes le 29 novembre pour se prononcer sur un crédit de 115 millions de francs pour la construction d’un nouveau bassin portuaire.

Les citoyens de Bâle-Ville sont appelés aux urnes le 29 novembre pour se prononcer sur un crédit de 115 millions de francs pour la construction d’un nouveau bassin portuaire.

KEYSTONE

Outre Bâle-Campagne, Uri et St-Gall qui devaient se prononcer sur des sujets en lien avec le Covid, quatre autres cantons alémaniques ont organisé des votations sur des sujets notables le 29 novembre. Bâle-Ville, Schwytz, Soleure et Lucerne se sont prononcés sur des sujets importants. Tour d’horizon.

Bâle-Ville: «oui» à un crédit de 115 millions pour un bassin portuaire

Les citoyens de Bâle-Ville ont accepté dimanche un crédit de 115 millions de francs à titre de part cantonale à la construction d’un nouveau bassin portuaire dans le port de Bâle. La réalisation du projet n’est toutefois pas encore garantie.

Le crédit a été accepté par 57,1% des votants. La participation a atteint 57,7%. Le parlement a adopté le crédit par 78 voix contre 12. Des organisations de protection de la nature ont lancé un référendum qui a abouti.

Il est prévu de construire le nouveau bassin portuaire 3 sur le site de l’ancienne gare de triage des Chemins de fer allemands (DB), au nord de la ville. Long de 330 mètres, il constituera un des éléments du projet de terminal trimodal rail-route-bateau appelé «Gateway Basel Nord».

Le camp rose-vert perd la majorité au gouvernement à Bâle-Ville

Le camp rose-vert perd la majorité au gouvernement à Bâle-Ville. Selon des résultats provisoires, Stephanie Eyman (PLS) arrive en tête au 2e tour, devant Kaspar Sutter (PS) et Esther Keller (Vert’libéraux). Trois sièges étaient encore à repourvoir.

Schwytz: «oui» aux énergies renouvelables

Les Schwytzois veulent promouvoir les énergies renouvelables et la rénovation des bâtiments. Ils ont adopté dimanche un programme de dix millions de francs étalé sur quatre ans. Le programme a été approuvé par 62,2% des votants. La participation a atteint 44%.

Il s’agit d’un contre-projet à l’initiative des Vert’libéraux intitulée «Retour de l’argent à Schwytz». Satisfaits par le contre-projet adopté par le parlement cantonal, les Vert’libéraux ont retiré leur initiative qui demandait douze millions de francs sur quatre ans.

Soleure: révision de la loi sur la police plébiscitée

Les Soleurois ont très nettement accepté dimanche une révision de la loi sur la police qui donne davantage de possibilités de prévenir les crimes. Les Jeunes UDC, les Jeunes radicaux et les Jeunes socialistes avaient combattu ce texte par référendum.

La révision de la loi a été adoptée par 73% des votants. La participation a atteint 44,6%. La nouvelle loi autorise notamment des enquêtes préliminaires et sous couverture, y compris sur internet. Elle permet aussi l’utilisation de drones et une recherche automatisée des véhicules.

Un comité a lancé le référendum contre cette révision. Selon lui, la nouvelle loi met en danger les droits fondamentaux et instaure un «Etat fouineur» en donnant à la police la possibilité d’enquêter sous couverture sans autorisation préalable d’un tribunal.

Lucerne: «oui» au contre-projet sur la protection des sols

Les Lucernois ont clairement refusé dimanche deux initiatives visant à limiter l’étalement urbain en protégeant les sols. Elles ont été lancées par des organisations de protection de la nature et du paysage. Le contre-projet du gouvernement et du parlement a en revanche été accepté de justesse.

L’initiative constitutionnelle et l’initiative législative ont été rejetées par 67,7% des votants. Le contre-projet a été accepté par 50,3% des voix (54’318 voix contre 53’563). La participation a atteint 44,7%.

L’initiative constitutionnelle demandait une limitation de l’étalement urbain. La constitution cantonale ne fait aucune référence à la protection des sols. L’initiative législative visait à préserver les terres cultivables et les surfaces d’assolement en fixant des conditions plus strictes pour les dézonages et les autorisations de construire sur des zones agricoles.

Le contre-projet prévoit, lui aussi, d’introduire de nouvelles dispositions dans l’aménagement du territoire et dans la loi sur les constructions afin de protéger les terres agricoles et les sols. Les conditions posées ne sont toutefois pas aussi sévères que dans les deux initiatives.

(ATS/NXP)

Ton opinion