Michel Polnareff: «On vous reproche de m'avoir sauvé la vie»
Actualisé

Michel Polnareff«On vous reproche de m'avoir sauvé la vie»

Michel Polnareff a volé au secours de son médecin, qui aurait fait des annonces alarmantes pour légitimer des concerts annulés.

Michel Polnareff aurait été vu au bar de son hôtel le soir du premier concert annulé, 24 heures avant son hospitalisation.

Michel Polnareff aurait été vu au bar de son hôtel le soir du premier concert annulé, 24 heures avant son hospitalisation.

Keystone

Michel Polnareff «trouve absolument intolérables» les attaques contre le Dr Philippe Siou qui le soigne à l'Hôpital Américain depuis le 3 décembre pour «une embolie pulmonaire bilatérale».

Selon une enquête du Journal du Dimanche, les annonces alarmantes sur l'état de santé de Michel Polnareff pourraient avoir «servi à légitimer l'annulation de deux concerts», version fermement contestée par le médecin du chanteur.

Dans une lettre ouverte publiée lundi midi sur son compte Facebook, Michel Polnareff prend la défense du praticien, jugeant «intolérables» ces attaques «contre la dignité» du médecin. «On vous reproche visiblement de m'avoir sauvé la vie en dépistant les vraies raisons de cette incompréhensible fatigue qui m'a obligé, la mort dans l'âme, à annuler mes deux derniers concerts et d'avoir trouvé le traitement qui s'imposait», ajoute Michel Polnareff, toujours hospitalisé.

«Je vous remercie du fond de mes poumons pour ne pas m'avoir soustrait à l'amour des miens et de tous ceux qui me soutiennent. Merci de m'avoir donné la possibilité de revenir (...) Avec toute ma gratitude», conclut le chanteur.

Vu au bar de son hôtel

Le producteur des spectacles, la société Gilbert Coullier, a lancé une procédure, sur la foi notamment d'un constat d'huissier affirmant que Michel Polnareff a été vu au bar de son hôtel le soir du premier concert annulé, 24 heures avant son hospitalisation.

L'interprète du «Bal des Laze» a enchaîné près de 70 concerts depuis le printemps. Il a été victime en début de semaine dernière d'une sinusite qui s'est transformée en bronchite, selon Fabien Lecoeuvre.

Sous antibiotiques, il avait toutefois pu assurer trois concerts consécutifs, à Toulouse, Pau et Bordeaux, mais avait renoncé à la salle Pleyel à Paris, vendredi 2 décembre, puis au Zénith de Nantes, samedi 3 décembre. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion