Actualisé 04.11.2020 à 20:01

ScienceOndes cérébrales: la vue prédomine sur l’audition dans certains cas

Des chercheurs suisses ont découvert certaines spécificités des ondes cérébrales, qui gardent encore leur part de mystère.

Les chercheurs ont testé quinze personnes francophones.

Les chercheurs ont testé quinze personnes francophones.

Photo d’illustration/Keystone

Lors d’une conversation orale, une personne ne compte pas seulement sur ses oreilles pour comprendre son interlocuteur, mais aussi sur les mouvements des lèvres de ce dernier et ses expressions du visage. Selon une étude genevoise, les ondes cérébrales permettent de savoir lequel de ces mécanismes prévaut.

«Nous savons depuis les années 1970 que, dans certaines situations, le cerveau préfère les repères visuels à ceux auditifs et que cette préférence est renforcée lorsque le signal sonore est perturbé, par exemple par le bruit ambiant», a déclaré le neurologue Pierre Mégevand de l’Université de Genève cité par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS).

Quinze personnes testées

Avec son équipe, il a désormais découvert que les ondes cérébrales juste avant la prise de parole sont décisives pour déterminer quel canal sensoriel façonne la compréhension. Pour ce faire, les chercheurs ont testé quinze personnes francophones.

Ces dernières ont écouté une personne, visible sur un écran, prononcer sur un bruit de fond un total de 120 paires de phrases similaires, comme «Il n’y a rien à boire» et «Il n’y a rien à voir». Dans certains cas, les chercheurs ont modifié l’image de la personne qui parle, de sorte à ce qu’elle forme un «v» avec ses lèvres alors qu’elle dit «b».

Parfois l’audition, parfois la vue

Si ce qui était entendu et ce qui était vu correspondait, les participants comprenaient les phrases en général correctement. Cependant, s’ils entendaient par exemple un «v» mais voyaient un «b», la compréhension via l’audition dominait dans les deux tiers des cas et via la vue dans un tiers des cas, selon l’étude des chercheurs publiée dans la revue «Science Advances».

Le fait que les personnes se soient fiées à leurs oreilles ou à leurs yeux a un lien avec les ondes cérébrales dans les lobes temporal et occipital, à l’arrière du cerveau, des deux groupes de personnes. Ces ondes se trouvaient dans des phases différentes dans chaque cas. L’une des fonctions du lobe temporal est l’audition. Le lobe occipital est entre autres le centre visuel.

Mystère

Cependant, les différences de ces ondes restent un mystère pour les chercheurs. Ils estiment par exemple que les fluctuations spontanées dans le cerveau peuvent jouer un rôle ou que les participants ont complété les phrases avec ce qu’ils s’attendaient à entendre.

Les scientifiques soulignent que certains résultats de leur étude doivent être examinés encore plus en détail. Par exemple, ils n’ont pu établir le lien entre la phase d’oscillation et la perception des phrases que dans l’hémisphère droit du cerveau, alors que cette information est normalement plus susceptible d’être perçue dans l’hémisphère gauche.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!