Genève: Onze arbres abattus en urgence à Plainpalais
Actualisé

GenèveOnze arbres abattus en urgence à Plainpalais

La Ville de Genève a procédé vendredi soir à l'abattage de feuillus malades qui menaçaient de tomber.

par
Julien Culet
1 / 12
09.09.16. Genève. Onze arbres ont dû être abattus en urgence sur la plaine de Plainpalais.

09.09.16. Genève. Onze arbres ont dû être abattus en urgence sur la plaine de Plainpalais.

jcu
09.09.16. Genève. Les bûcherons ont d'abord tronçonné les branches.

09.09.16. Genève. Les bûcherons ont d'abord tronçonné les branches.

jcu
09.09.16. Genève. La grande échelle des pompiers a dû être déployée pour opérer dans les plus grands arbres.

09.09.16. Genève. La grande échelle des pompiers a dû être déployée pour opérer dans les plus grands arbres.

jcu

Il est 21h25, c'est l'entracte au cirque Knie, sur la plaine de Plainpalais. Pour les spectateurs, le show est désormais à l'extérieur. Onze arbres commencent à être abattus par les services de la Ville de Genève. Les végétaux sont infestés de parasites ou de champignons. Une découverte qui fait suite à la chute, jeudi, d'un marronnier de 12m de haut.

Bûcherons sur la piste aux étoiles

Très vite, les plus petits feuillus tombent à coups de hache. Ils sont ensuite débités en petits morceaux pour disparaître comme par magie dans des bennes. Puis vient le tour des arbres de plus grande taille. Les bûcherons jouent alors les équilibristes, perchés à plusieurs mètres de haut dans la nacelle de la grande échelle des pompiers. Leur travail est minutieux. Ils dénudent le tronc à la tronçonneuse, branche après branche. Il ne reste qu'un totem, abattu à la base, qui s'effondre sur la plaine de Plainpalais.

Le clou du spectacle débute à 22h15. Peu avant la fin du cirque. C'est au tour d'un majestueux mais malade peuplier blanc de plus de 12m de hauteur d'être mis sous les feux des projecteurs par les pompiers. C'est un vrai travail de patience pour les bûcherons. La nacelle navigue entre les branches sèches pour qu'elles soient coupées à la tronçonneuse, petit à petit. Le numéro durera plusieurs dizaines de minutes avant que le feuillu ne tire sa révérence.

Abattage indispensable

L'opération était plus que nécessaire, explique la Ville de Genève. «Une inspection a été menée après la chute du marronnier, indique Cédric Waelti, porte-parole du Département de l'environnement urbain. Il a été découvert qu'il y avait un risque objectif que ces arbres tombent.» L'abattage se déroule au plus vite, dans la nuit, pour ne prendre aucun risque avec les puces de samedi et le marché du dimanche. D'autres végétaux pourraient subir le même sort ces prochaines semaines.

Tilleuls, érables, peupliers, acacias, marronniers: tout types d'arbres, de tout âges confondus, sont concernés par la coupe. «Les espèces plantées au centre-ville souffrent de la sécheresse, du piétinement et du passage des véhicules», précise Jean-Théodore Bieri, adjoint de direction au Service des espaces verts de la Ville. La chaleur de l'été a rendu les feuillus vulnérables aux champignons et aux parasites. «C'est comme un être humain qui court nu dans la neige. Il risque d'attraper des maladies», illustre le spécialiste.

Les nouveaux feuillus viendront du sud

Les arbres abattus seront compensés par d'autres, mais pas forcément au même endroit. Les espèces risquent aussi d'être différentes. «Nous allons privilégier les arbres du sud, comme les micocouliers. Ils s'adaptent bien mieux au changement climatique», explique Jean-Théodore Bieri. Ce remplacement nécessitera l'accord du Canton.

En attendant, les végétaux malades doivent quitter la plaine de Plainpalais au plus vite. Dès 4h30 du matin, samedi, les bûcherons, pompiers ou encore policiers municipaux mobilisés devront faire place à la voirie. Celle-ci finira de nettoyer les lieux pour les rendre aux puciers, qui officieront toute la journée à partir de 6h30.

Les bûcherons de la Ville de Genève en action (vidéo: jcu):

Onze arbres abattus à Plainpalais

La Ville de Genève a procédé vendredi soir à l'abattage de feuillus malades qui menaçaient de tomber.

Ton opinion