Actualisé

MexiqueOnze morts entre groupes d'auto-défense

Onze personnes sont mortes mardi dans l'Etat mexicain du Michoacan (ouest) au cours d'une fusillade qui a éclaté entre groupes armés d'auto-défense, ont annoncé les autorités.

Ces groupes ont été créés dès début 2013 dans des dizaines de communautés rurales de l'Etat, des citoyens prenant les armes pour se protéger du cartel de la drogue Les Chevaliers Templiers.

L'une des victimes est le fils du fondateur d'un de ces groupes, Hipolito Mora, comme l'a indiqué ce dernier: «Mon fils (Manuel Mora, ndlr) est mort aux côtés de quatre ou cinq personnes». Son groupe a affronté celui d'Antonio Torres Gonzalez.

Selon le commissaire spécial du gouvernement fédéral au Michoacan, Alfredo Castillo, qui a annoncé le bilan de onze morts, la dispute était liée à de graves divergences entre les deux mouvements, constitués en 2013 dans la commune de la Ruana (10'000 habitants).

La police fédérale, la gendarmerie et l'armée ont dû intervenir pour stopper la fusillade, a expliqué Alfredo Castillo.

Infiltrés par des membres du crime organisé

En mai 2014, quand le gouvernement a démantelé presque toute la direction du gang des Chevaliers Templiers, la majorité des groupes d'auto-défense avait accepté de se transformer en «forces rurales», un corps de police légal.

Mais cette évolution s'est faite dans un contexte de fortes divisions entre les différents groupes, certains d'entre eux reconnaissant avoir pu être infiltrés par des membres du crime organisé.

Si le groupe d'Hipolito Mora a été parmi les premiers à passer ainsi à la légalité, celui mené par Antonio Torres Gonzalez, dit «l'Américain», n'a jamais lâché les armes et serait soupçonné de liens avec des narcotrafiquants.

Massacre du Guerrero

Cette fusillade meurtrière survient alors que le pays reste sous le choc de la disparition et du probable massacre, fin septembre, de 43 étudiants dans l'Etat voisin du Guerrero (sud).

Le drame, qui a révélé la collusion entre crime organisé et autorités locales, a provoqué une grave crise nationale et de nombreuses manifestations contre le gouvernement, accusé d'avoir tardé à réagir. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!