Egypte: Onze touristes étrangers enlevés près d'Assouan
Actualisé

EgypteOnze touristes étrangers enlevés près d'Assouan

Des hommes armés ont enlevé onze touristes étrangers - cinq Italiens, cinq Allemands et un Roumain - et huit Egyptiens dans le sud-ouest de l'Egypte, près du Soudan. Ils réclament une rançon.

«Il s'agit de banditisme et non de terrorisme», a affirmé lundi le ministère égyptien du tourisme, sans préciser la date de l'enlèvement des otages, le lieu de leur détention, ni le montant de la somme réclamée par les ravisseurs.

Outre les onze touristes européens, le groupe comprend huit Egyptiens, dont deux guides, quatre chauffeurs, et un garde- frontière, selon cette source.

Région reculée

Trois femmes et deux hommes figurent parmi les Italiens qui participaient à une expédition touristique en 4x4 dans la région très reculée du wadi el-Kebir, a indiqué une source italienne au Caire.

L'un des otages italiens a utilisé un téléphone satellite pour appeler sa femme et lui expliquer que le groupe avait été enlevé par cinq hommes masqués s'exprimant en anglais avec un accent africain, tout près de la frontière soudanaise, a déclaré à l'AFP un responsable des services de sécurité égyptiens.

Le ministère italien des affaires étrangères a confirmé l'enlèvement de cinq de ses ressortissants. Le président Giorgio Napolitano a fait part de sa «vive préoccupation» et de sa «profonde solidarité» envers les otages. Il a espéré leur libération rapide.

Au Soudan ?

Le ministre égyptien du Tourisme Zouhair Garana a indiqué que des négociations étaient en cours avec les ravisseurs à l'identité inconnue, en vue d'obtenir la libération des otages, selon l'agence officielle MENA.

Les otages pourraient avoir été emmenés au Soudan voisin, a-t-on précisé de source proche des services de sécurité.

La date de cet enlèvement restait incertaine. Selon Berlin, ses ressortissants sont portés disparus depuis vendredi déjà. Mais le porte-parole du ministère israélien Igal Palmor a affirmé que le groupe avait été enlevé samedi, démentant en outre la présence d'Israéliens dans le groupe, évoquée par certains médias.

D'après des sources proches des services de sécurité égyptiens, les touristes ont cependant été vus pour la dernière fois dimanche soir à Assouan.

Tourisme d'aventure

La région de l'enlèvement est située aux confins de l'Egypte, près du Gilf Kebir, où se trouve «la grotte des nageurs», dont les magnifiques dessins préhistoriques ont été montrés en 1997 dans le film «le Patient anglais».

Un tourisme «d'aventure» se développe de plus en plus dans cette région aride distante de 1000 km du Caire, et de 500 km du lieu habité le plus proche. Les voyagistes estiment à un millier le nombre de touristes qui s'y sont rendus l'an dernier, dépensant chacun jusqu'à 10 000 dollars pour une expédition de deux semaines.

Dépouillés

C'est la deuxième fois cette année que des touristes sont attaqués dans cette zone. En janvier, des pillards avaient dépouillé un groupe comprenant des Allemands et les avaient abandonnés dans le désert avec seulement un téléphone satellitaire, a indiqué un voyagiste.

Mais c'est la première fois que des touristes étrangers sont enlevés en Egypte, où ils ont en revanche été la cible d'attentats meurtriers à plusieurs reprises.

Le 24 avril 2006, un triple attentat suicide dans la station balnéaire de Dahab (péninsule du Sinaï), avait fait 20 morts dont six ressortissants étrangers, outre les trois kamikazes. Cette attaque avait été revendiquée par le groupe islamiste Al-Tawhid wal Jihad se réclamant d'Oussama ben Laden.

L'un des attentats les plus meurtriers contre les touristes en Egypte remonte à novembre 1997, lorsque 62 personnes, dont 36 Suisses, avaient trouvé la mort à Louxor, mitraillés par un commando islamiste.

(ats)

Ton opinion