Colombie: Opération militaire pour libérer 15 otages de l'ELN

Actualisé

ColombieOpération militaire pour libérer 15 otages de l'ELN

Les forces de l'ordre ont donné l'assaut après la capture de 15 pêcheurs par les guérilleros.

Le ministre de la Défense, Luis Carlos Villegas, après avoir félicité les forces de l'ordre le 17 janvier 2016.

Le ministre de la Défense, Luis Carlos Villegas, après avoir félicité les forces de l'ordre le 17 janvier 2016.

photo: AFP

Quinze pêcheurs détenus dans le nord de la Colombie par des guérilleros de l'Armée de libération nationale (ELN) ont été secourus dimanche au cours d'une importante opération militaire impliquant 200 militaires et 6 hélicoptères, a indiqué le gouvernement.

«Félicitations à l'armée colombienne, nous allons maintenant poursuivre les responsables», a écrit le président colombien Juan Manuel Santos sur son compte Twitter, indiquant que les pêcheurs, détenus dans la localité de Morales (département de Bolivar), avaient été secourus.

L'armée avait annoncé samedi que les pêcheurs avaient été enlevés le même jour par l'ELN.

200 hommes et 6 hélicoptères

L'opération de secours a commencé dimanche à l'aube, «avec 200 hommes des forces spéciales et six hélicoptères», a déclaré aux journalistes le ministre de la Défense, Luis Carlos Villegas, depuis Aguachica, ville proche de Morales.

«S'apercevant de l'arrivée des troupes d'assaut, les douze membres de l'ELN (qui détenaient les pêcheurs, ndlr) ont fui et nos troupes ont pu effectuer avec succès le sauvetage», a ajouté Luis Carlos Villegas.Parmi les otages se trouvaient «trois mineurs» a-t-il indiqué.

Selon les autorités, les insurgés de l'ELN ont interdit la pêche dans la région, et ont enlevé les 15 pêcheurs pour avoir défié cet ordre.

Le sud du département de Bolivar est historiquement un bastion de l'ELN, deuxième guérilla de Colombie avec environ 1'500 combattants, et d'autres groupes insurgés.

Négociations préliminaires

L'ELN est entrée en négociations préliminaires avec le gouvernement colombien depuis janvier 2014, en vue de définir un agenda pour le processus formel de paix, mais les pourparlers exploratoires n'ont pas encore abouti.

«Nous espérons que l'ELN va rapidement se plier aux négociations de paix, mais pour l'instant elle continuera d'être poursuivie lorsqu'elle commettra abus et délits», a déclaré le ministre de la Défense.

Le gouvernement Santos est par ailleurs engagé depuis novembre 2012 dans des pourparlers avec le principal groupe de guérilla colombien, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

Les Farc ont récemment prévenu qu'il serait quasiment impossible de signer la paix avec le gouvernement colombien le 23 mars prochain comme cela était prévu, du fait d'«obstacles importants» dans les négociations. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion