Enlevés aux Philippines : Opération pour libérer un Suisse et un Néerlandais
Actualisé

Enlevés aux Philippines Opération pour libérer un Suisse et un Néerlandais

Des centaines de militaires ratissaient jeudi le sud des Philippines pour tenter de retrouver un Suisse et un Néerlandais, enlevés mercredi sur une île où opèrent des militants islamistes sécessionnistes.

Le Suisse, âgé de 47 ans, et le Néerlandais, 52 ans, ont été enlevés sur une petite île de l'archipel de Tawi-Tawi et contraints par leurs ravisseurs de monter dans une vedette, selon la police locale.

La marine philippine a établi un blocus maritime de l'île pour les empêcher de quitter l'archipel, un bastion des partisans d'Abou Sayyaf, qui ont fait des activités de kidnapping leur gagne-pain.

«Une opération massive de recherches et de sauvetage est en cours pour trouver les ravisseurs et leurs prisonniers», a déclaré jeudi Randolph Cabangbang, porte-parole régional de l'armée philippine. «Pour le moment, nous ne les avons pas localisés», a-t-il ajouté.

Les deux hommes ont été enlevés avec un de leurs guides, qui est parvenu à sauter du bateau et à nager jusqu'à la côte. Un autre guide avait déjà réussi à s'enfuir et avait alerté les autorités.

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a dit mercredi à l'ats avoir pris connaissance de cet enlèvement. L'ambassade suisse est en contact avec les autorités locales.

Taxidermiste reconnu

Lorenzo V., taxidermiste au Musée d'histoire naturelle de Saint-Gall, a été enlevé aux Philippines. «Ce n'est pas la première fois que Lorenzo V. visitait ­cette région», déclare Chris­toph Meier, président de la Société suisse de taxidermie. «En tant que papa de deux enfants, c'est un homme prudent», ajoute Toni Bürgin, son supérieur du Musée de Saint-Gall.

Les ravisseurs ont obligé les trois hommes à monter dans une vedette. Tawi-Tawi, à l'extrême sud des Philippines, abrite des militants islamistes qui ont fait des activités de kidnapping leur gagne-pain. Le porte-parole de l'armée dans l'archipel a indiqué ne pas avoir d'idée sur le motif de l'enlèvement.

Dix étrangers kidnappés

Le Club des oiseaux sauvages, une association philippine, a précisé par la voix de son trésorier que le guide enlevé était un de ses membres. Il était dans la région avec les deux Européens à la recherche de la gallicolombe de Tawi-Tawi, une espèce en voie de disparition. Le caissier ajoute que «les ravisseurs prévoiraient de les vendre au groupe Abou Sayyaf ou au FILM, le Front islamique de libération Moro, actuellement engagé dans des négociations de paix avec le gouvernement après des années de guérilla.»

Cet enlèvement porte à dix le nombre d'étrangers kidnappés dans la région depuis le début de 2011.

Enlèvements de Suisses peu fréquents

Un Suisse a encore une fois été enlevé dans une région en crise. Globalement, les rapts de touristes suisses sont peu fréquents. Les entrepreneurs, les collaborateurs d'organisations internationales et les résidents helvétiques à l'étranger en sont le plus souvent victimes.

Voici les prises d'otages des dix dernières années impliquant des Suisses:

1er février 2012: un Suisse et un Hollandais ont été enlevés sur l'île de Tawi-Tawi dans le sud des Philippines. Les kidnappeurs sont suspectés d'être des sécessionnistes islamistes.

1er juin 2011: deux touristes suisses ont été enlevés par des talibans dans la province pakistanaise du Balouchistan et transférés dans la région tribale voisine du Sud-Waziristan. Les kidnappeurs exigent une rançon et la libération d'un combattant emprisonné.

19 décembre 2010: un commerçant originaire du Jura bernois, âgé de 50 ans, est enlevé à Cuernavaca, au Mexique. Bien que sa famille ait payé une rançon de 10'000 francs, elle ne dispose actuellement d'aucune nouvelle du disparu.

16 juin 2010: un entrepreneur suisse âgé de 71 ans, qui avait été enlevé en avril dans le sud des Philippines, est libéré par des soldats.

16 avril 2010: une semaine après avoir été capturés par un groupe de miliciens Maï Maï, huit employés du Comité international de la Croix Rouge (CICR) au Congo sont relâchés. Parmi eux, figure un ressortissant suisse.

24 janvier 2010: une Suissesse de 32 ans, résidant en Colombie, est libérée par la police. Elle avait été enlevée deux semaines plus tôt par des délinquants de droit commun qui réclamaient une rançon.

21 janvier 2009: un couple de Zurichois ainsi que deux autres Européens sont enlevés par le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique au cours d'un voyage au Mali. La Suissesse et une Allemande avaient libérées le 22 avril 2009, le Zurichois le 14 juillet de la même année. L'otage britannique, lui, avait été décapité à la fin mai.

Mi-janvier 2009: trois employés du CICR - une Philippine, un Suisse et un Italien - sont enlevés sur l'île de Jolo, dans le sud des Philippines par des rebelles islamistes membres du groupe Abou Sayyaf. Ils recouvrent la liberté entre avril et la mi-juin 2009.

19 juillet 2008: les hommes d'affaires suisses Max Göldi et Rachid Hamdani sont arrêtés par les autorités libyennes en représailles à l'arrestation d'Hannibal Kadhafi à Genève. M. Hamdani est libéré en février 2010 et M. Göldi quatre mois plus tard.

29 octobre 2007: un réalisateur de films suisse kidnappé en Haïti est libéré après une semaine suite au versement d'une rançon.

21 novembre 2005: un couple d'Alémaniques est enlevé lors d'un voyage au Yémen par des hommes armés issu d'une tribu qui réclament la libération d'un de leur membres. Les otages sont relâchés quelques jours plus tard.

22 avril 2004: un couple de Suisses, capturés par des inconnus en Irak, est libéré après deux jours. Les circonstances sont restées peu claires.

2 juillet 2003: le directeur suisse d'une ONG est enlevé par la guérilla marxiste des FARC en Colombie durant une trentaine d'heures. Il est libéré grâce à l'intervention des Indiens Paez.

Février/mars 2003: 32 touristes européens, dont cinq Suisses, sont enlevés dans le Sahara algérien par un commando du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC). Le 13 mai, 17 otages, dont un Suisse, sont libérés par l'armée algérienne. Les 14 autres sont relâchés le 18 août au Mali après le versement d'une rançon de près de cinq millions d'euros, selon des informations jamais confirmées de source officielle. Une otage allemande décède dans le désert des suites d'une insolation.

Mi-avril 2002: le Suisse Maurice Boillat et son épouse d'origine congolaise sont capturés par des rebelles Maï Maï dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC). Ils sont remis en avril 2003 à la Mission des Nations unies en RDC (MONUC).

23 avril 2001: un commando pro-tchétchène fait irruption dans le Swisshôtel d'Istanbul et prend 120 personnes en otage, parmi elles douze Suisses. La prise d'otages prend fin au bout d'une dizaine d'heures.

(20 minutes/ats)

«Leurs vies sont en danger»

Peter Kreuzer* pouvez-vous décrire la situation dans laquelle se trouvent les deux personnes enlevées?

Tawi Tawi est une région très problématique. Comme sur les îles voisines, cet endroit connaît beaucoup de personnes violentes et dangereuses. Il est d'ailleurs fortement déconseillé aux touristes de s'y rendre.

Qui sont les ravisseurs?

Pour le moment, il n'est pas encore possible de le savoir. Mais en regardant les cas similaires des dernières années, on peut affirmer que tous les groupes, qu'ils soit criminels ou islamistes, n'hésitent pas à tuer leurs victimes. Leurs vies sont en danger.

Mais certains cas ont aussi bien fini.

Oui. En 2009 plusieurs collaborateurs de la Croix-Rouge avaient été enlevés dans cette région. Les ravisseurs les avaient laissé partir.

* Peter Kreuzer est un grand expert des Philippines auprès de la fondation de recherche pour la paix et les conflits à Hessen (ALL).

Ton opinion