Actualisé 19.04.2007 à 20:28

Opération «Radar» contre la violence dans les écoles

ZURICH – Après le viol collectif présumé de Seebach, la Ville met l'accent sur la prévention et lance une opération contre la violence.

Alors que trois élèves soupçonnés de viol à Berne ne retourneront plus à l'école, la Ville de Zurich, à la suite de l'affaire du viol collectif de Seebach, lance un projet afin d'intervenir préventivement. «Radar», c'est son nom est destiné à tous les intervenants dans le milieu scolaire. Le concept prévoit toute une série de mesures préventives mais aussi répressives. La Ville souhaite mieux impliquer les parents venus de l'étranger dans les problématiques scolaires. Ils en discuteront désormais dans le cadre des cours d'allemand organisés pour eux. Toutes les écoles recevront par ailleurs un «classeur d'urgence» contenant des conseils et des informations sur les possibilités d'intervention en cas de problèmes. Le Service de prévention de la violence fournira désormais un rapport annuel sur la situation dans les écoles.

Parmi les autres mesures, on relève un concept pour prévenir le vandalisme dans les préaux. Les écoles établiront des règles de comportement. Les enseignants pourront suivre une formation sur la violence sexuelle entre les adolescents. «L'école doit disposer de détecteurs pour pouvoir mieux réagir», a expliqué le responsable des écoles zuirchoises. Il reconnaît toutefois que le meilleur système d'alerte ne permettra jamais d'empêcher complètement que de telles affaires se répètent. Par ailleurs, trois enseignants de la Ville ont donné leur démission hier.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!