Hockey: Opération séduction à Minsk
Actualisé

HockeyOpération séduction à Minsk

Le président de la République de Biélorussie va vivre sa passion du jeu sous le regard du monde entier.

par
Grégory Beaud
Minsk
Alexandre Loukachenko (à g.) et Vladimir Poutine partagent la passion du hockey sur glace

Alexandre Loukachenko (à g.) et Vladimir Poutine partagent la passion du hockey sur glace

«Nous allons prouver que la Biélorussie est un état civilisé», a prophétisé Alexandre Loukachenko lors d'une séance du Conseil de sécurité biélorusse. Alors que son pays est considéré comme la dernière dictature d'Europe, le président s'apprête, lui, à vivre deux semaines consacrées au hockey. «Il y joue très souvent», a confirmé Sean Simpson, qui a officié comme entraîneur-assistant de l'équipe nationale de Biélorussie entre 2006 et 2007.

L'actuel coach de la Suisse se souvient: «Le président adore le hockey. Quand il s'entraîne, la patinoire est fermée et le dispositif de sécurité impressionnant.» Les quelques centaines de mètres qui séparent la Minsk Arena de l'immense palais présidentiel ressemblent plus à une zone de guerre qu'à une artère majeure de la capitale.

Cette passion pour le hockey avait été mise en lumière le 4 janvier dernier. Vladimir Poutine, président russe, a invité son ami Loukachenko pour un match dans la patinoire des JO de Sotchi. Face à d'anciennes gloires, l'équipe des présidents s'est imposée 12-3, histoire de ne fâcher personne. Aujourd'hui, la journée inaugurale du Mondial s'annonce mouvementée pour Loukachenko. Les premiers matches succéderont à la commémoration de la victoire soviétique sur l'Allemagne nazie, le 9 mai 1945. Pour l'occasion, Minsk a mis sa tenue d'apparat. Des dizaines de milliers de drapeaux rouge et vert – les couleurs de la Biélorussie – bordent les rues. De quoi accentuer l'effet carton-pâte d'une ville qui tente­ de faire bonne figure aux yeux du monde

Ton opinion