Actualisé 14.10.2012 à 17:05

Mauritanie

Opéré, le président blessé part à Paris

Blessé par balle, le président Abdel Aziz a été opéré dans un hôpital mauritanien et a été évacué dimanche matin vers Paris à bord d'un avion civil médicalisé. Il est auparavant apparu à la télévision.

Le président Abdel Aziz va recevoir des soins dans la capitale française.

Le président Abdel Aziz va recevoir des soins dans la capitale française.

Blessé par balle samedi soir lors d'un «incident» impliquant son armée, le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a été hospitalisé près de Paris pour des «soins complémentaires». Il avait auparavant été opéré, avec «succès» selon lui, à Nouakchott.

Le chef de l'Etat mauritanien, 55 ans, a été admis à l'hôpital militaire Percy à Clamart (banlieue parisienne), a indiqué le ministère français de la Défense dimanche en fin d'après-midi. Il était apparu dimanche matin à la télévision nationale couché sur le dos, le corps recouvert d'un drap jusqu'au cou.

«Je veux (...) tranquilliser tous les citoyens mauritaniens. Je les rassure que l'opération que j'ai subie hier soir (samedi) a été un succès grâce à l'efficacité de l'équipe médicale», a affirmé M. Ould Abdel Aziz, le visage pâle, mais s'exprimant d'une voix normale.

«Je veux les rassurer sur ma santé après cet incident commis par erreur par une unité de l'armée sur une piste non goudronnée dans les environs de la localité de Tweila», à 40 km de Nouakchott, a-t- il ajouté. Il avait ensuite quitté Nouakchott à bord d'un avion médicalisé pour Paris afin d'y être hospitalisé «pour des soins complémentaires».

Menaces de mort d'Aqmi

Interrogé en marge du sommet de la Francophonie à Kinshasa, le ministre mauritanien des Affaires étrangères, Hamadi Ould Hamadi, a estimé que la situation «n'a rien d'inquiétant», ni pour le pays ni pour le président qui «exerce la plénitude de ses pouvoirs».

Il a expliqué que le président avait été «touché légèrement» par un «tir» d'une unité de l'armée. «C'est un poste de contrôle de l'armée mauritanienne qui est un poste mobile. Ils n'étaient pas informés de son passage», a-t-il affirmé.

En dépit des assurances officielles, l'incident suscitait des questions, d'autant que la Mauritanie a une histoire jalonnée de coups d'Etat militaires et que M. Aziz a été menacé de mort par Al- Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui l'accuse de mener pour la France une «guerre par procuration» contre ses combattants.

Otages occidentaux

M. Aziz est un ancien général arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 2008, élu président en 2009, qui a fait du combat «anti-terroriste» sa priorité, ordonnant à son armée de mener des raids contre des bases d'Aqmi au Mali en 2010 et 2011.

L'organisation terroriste agit particulièrement en Mauritanie et au Mali voisin, y commettant attentats, enlèvements, essentiellement de ressortissants occidentaux, et divers trafics. Neuf Européens, dont six Français, sont actuellement otages d'Aqmi au Sahel.

Une opération militaire ouest-africaine soutenue par l'ONU est en préparation pour reconquérir le nord du Mali. Le président Aziz a dit que la Mauritanie n'y participerait pas avec des troupes au sol.

(ats/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!