Actualisé 21.11.2018 à 09:16

GenèveOpérer un Sugus avant d'accoucher à Palexpo

Les Hôpitaux universitaires genevois sont présents à la Cité des métiers jusqu'au 25 novembre. Le temps d'exposer robots de pointe et simulateurs ultra modernes.

von
Lucie Fehlbaum

«Beeeeeh!» Le cri vient du coeur. Face à la simulation d'accouchement, les ados présents à la Cité des Métiers mardi sont embarrassés. Quelques minutes plus tard, l'expulsion d'un placenta en plastique criant de vérité achèvera la plupart d'entre eux. Deux ou trois irréductibles restent pourtant, fascinés. Ils questionnent les sages-femmes et l'obstétricienne présentes. Faire naître des vocations: la Cité des métiers est là pour ça. Cette année, elle présente 400 professions. Les Hôpitaux universitaires genevois (HUG) ont mis le paquet sur leur stand, un des 200 présentés à Palexpo jusqu'au 25 novembre.

Un mannequin simule un accouchement

Victoria, le mannequin de simulation à l'accouchement, a impressionné les élèves du cycle mardi à la Cité des métiers.

Prises de sang et sutures

En addictologie, un casque de réalité virtuelle plonge le visiteur dans ses peurs. «Les angoisses peuvent mener à l'addiction, si l'on consomme des substances pour compenser», explique le Dr Gerard Calzada. Des jeunes casqués progressent très prudemment sur une grue, accrochés à leurs camarades. Plus loin, des écoliers apprennent à différencier scanner (pour les os et le sang) et IRM (pour les lésions tissulaires). D'autres piquent et suturent des bras, segments de membres posés au milieu des seringues et des bandages.

Chirurgie du Sugus

Un modèle de test de Da Vinci, le robot chirurgien, propose une version moderne du Dr. Maboule. Celui qui manipule les bras de l'outil technologique doit tenter, sans toucher les bords, de déballer un Sugus. L'engin hyper sensible «n'est pas comme une manette de PlayStation, contrairement aux désirs de Dylan, 14 ans. On n'y arrivera jamais», lance-t-il dépité à son groupe d'amis.

Comme d'autres élèves ce jour-là, ils remplissent un jeu de piste à travers la Halle de Palexpo. Mais le Salon se pratique aussi en mode professionnel: certains stands recrutent sur place. Sur l'espace des HUG, des apprentis sensibilisent les plus jeunes à leurs formations. «Nous organisons une matinée d'orientation pour permettre aux jeunes de préparer leurs dossiers, indique le service médias des HUG. Une cinquantaine de places d'apprentissage dans le domaine des soins seront ouvertes en janvier.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!