Actualisé 13.09.2017 à 05:11

Votations du 24 septembre

Opposants et partisans au coude-à-coude pour l'AVS

A une dizaine de jours des prochaines votations fédérales, 48% des Suisses comptent accepter la réforme de la Prévoyance 2020 et 49% souhaitent la rejeter, révèle la 3e vague du sondage Tamedia.

de
ofu
1 / 4

Le suspens sera à son comble, le 24 septembre prochain. Du moins, en ce qui concerne la réforme du système de prévoyance vieillesse. Selon la dernière vague du sondage Tamedia, éditeur de «20 minutes», opposants (49%) et sympathisants (48%) se retrouvent presque sur un pied d'égalité pour la réforme en elle-même. Ces taux n'ont quasiment pas évolué par rapport à la 2e vague du sondage. Le résultat est plus net concernant la deuxième partie du paquet, soit l'augmentation de la TVA en faveur de l'AVS. Un peu plus de la moitié des votants (51%) soutiennent actuellement l'objet. Le camp des non se monte à 46%.

Différence entre la droite et la gauche

Les politologues Lucas Leemann et Fabio Wasserfallen notent que c'est avant tout la différence entre la droite et la gauche qui influe sur les intentions de vote. En effet, les électeurs des socialistes (77% de oui) et des Verts (71% de oui) soutiennent la réforme de la Prévoyance 2020 bien davantage que ceux de l'UDC (18% de oui) et du PLR (45% de oui). Des taux plus ou moins similaires sont à constater pour l'augmentation de la TVA en faveur de l'AVS: 78% des sympathisants du PS et 70% des Verts comptent accepter cet objet contre seulement 21% des électeurs du parti agrarien et 41% des radicaux.

AVS: les hommes plus favorables que les femmes

Le sondage révèle par ailleurs que le soutien aux deux objets sur la prévoyance vieillesse est plus important chez les hommes que chez les femmes: 55% des votants souhaitent accepter l'augmentation de la TVA. Les votantes, elles, sont seulement 47% à vouloir glisser un oui dans l'urne. Les proportions sont quasi-similaires pour la réforme de la Prévoyance 2020: 52% de oui chez les hommes et 43% de oui chez les femmes.

Une troisième tendance se cristallise: plus les votants sont âgés, plus leur approbation aux deux objets est grande.

En revanche, les disparités relevées au niveau des régions linguistiques ne sont pas pertinentes d'un point de vue statistique, précisent les deux politologues. Le camp des oui et des non est ainsi bien équilibré en Suisse romande, au Tessin et en Suisse alémanique.

Les deux objets sont liés

La vaste réforme du système de prévoyance vieillesse, élaborée par Berne, prévoit notamment de faire travailler les femmes jusqu'à 65 ans au lieu de 64 ans actuellement. Le projet prévoit aussi le relèvement de la TVA de 0,6 point en deux étapes dès 2018. Si un seul des deux objets n'est pas accepté, c'est tout le projet qui tombe à l'eau.

L'objet sur la sécurité alimentaire devrait être accepté

Contrairement à l'AVS, le sort de l'objet sur la sécurité alimentaire semble d'ores et déjà décidé: 67% des Suisses ont l'intention d'accepter l'arrêté fédéral qui vise une modification de la Constitution pour assurer l'approvisionnement de la Suisse en prenant en compte l'ensemble de la chaîne de production des denrées, du champ à l'assiette. Lors des deux derniers sondages, ce taux s'élevait à 63% (2e vague) et 53% (1ère vague).

Quelques informations sur le sondage

La 3e vague du sondage en ligne a été réalisée entre le 7 et 8 septembre sur les sites des différents titres de Tamedia. Pas moins de 11'921 personnes issues de toute la Suisse y ont participé. Les politologues Lucas Leemann et Fabio Wasserfallen ont pondéré les réponses en fonction de variables démographiques, géographiques et politiques afin de correspondre le plus étroitement possible à la structure de la population suisse. La marge d'erreur est de 1,3%.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!