Téléphonie mobile: Orange Suisse à la recherche d'un repreneur

Actualisé

Téléphonie mobileOrange Suisse à la recherche d'un repreneur

La fusion ratée des concurrents de Swisscom aura fait fuir France Telecom, propriétaire d'Orange, qui se concentre sur ses autres possessions.

par
frb

France Télécom veut se séparer d'Orange Suisse. Le groupe a annoncé jeudi avoir initié un processus en vue d'une cession de ses activités grand public en Suisse. En clair, il cherche un repreneur.

Le groupe fait une revue de ses actifs européens qui pourraient donner lieu à des retours supplémentaires aux actionnaires. Malgré les résultats positifs d'Orange Suisse, France Telecom a jugé que son profil n'était plus compatible avec ses objectifs. Le français souhaite «se concentrer sur ses forces en Europe qui sont leader sur leur marché respectif, ou en position d'adversaire de poids», selon la porte-parole d'Orange Suisse Marie-Claude Debons.

«La vente d'Orange Suisse ne se fera que si le prix de vente est à la hauteur des attentes du groupe et de la valeur élevée de la société», poursuit-elle. Ce montant pourrait être d'environ 1,7 milliard de francs, selon l'agence Reuters.

La fusion ratée en cause

Orange (Suisse), dont le siège se trouve à Renens (VD), est le numéro trois de la téléphonie mobile en Suisse, derrière Swisscom et Sunrise. L'opérateur avait projeté une fusion avec Sunrise, projet abandonné en mai 2010 suite au refus décerné par la Commission de la concurrence.

France Télécom s'interrogeait depuis quelques mois sur sa présence en Suisse, en Autriche et en Belgique. L'opérateur déclarait en avril qu'il devait soit abandonner ces pays, soit y investir pour s'y renforcer, constatant qu'il n'était pas dans une situation à évoluer vers la croissance.

Jusqu'à aujourd'hui, le président d'Orange Suisse, Thomas Sieber, avait toujours exclu cette éventualité. «Nous avons un plan opérationnel pour la Suisse qui court jusqu'au delà de l'année 2015», avait-il déclaré à la «SonntagsZeitung» à la fin mai.

La cession d'Orange pourrait faire bouger les lignes dans le secteur et stimuler la concurrence.

Entre-temps, Sunrise a changé de propriétaire. Le groupe zurichois a été vendu l'automne dernier par l'opérateur danois TDC au fonds britannique CVC Capital Partners. (frb/ats)

Ton opinion