Législative partielle en Hongrie: Orban joue sa «super-majorité» ce dimanche
Actualisé

Législative partielle en HongrieOrban joue sa «super-majorité» ce dimanche

Le Premier ministre conservateur hongrois joue dimanche le sort de sa «super-majorité» parlementaire lors d'une législative partielle.

Le Premier ministre conservateur hongrois joue dimanche le sort de sa «super-majorité» parlementaire lors d'une législative partielle. Les électeurs de Veszprem doivent remplacer Tibor Navracsics, nommé commissaire européen à l'Education. Les premières estimations sont attendues dès 19h00.

La «super-majorité» des deux tiers dont M. Orban a bénéficié depuis son arrivée au pouvoir en 2010 ne tient qu'à un siège. Elle lui a permis de réformer de façon controversée la Constitution hongroise.

Elle a également facilité l'adoption de réformes profondes de la justice, des médias et de l'économie. Celles-ci ont été jugées liberticides par l'opposition et ont été largement critiquées à l'étranger.

Réélu triomphalement au printemps dernier, Viktor Orban et son parti Fidesz ont connu depuis une forte chute de popularité. Elle reflète notamment l'attitude conciliante du Premier ministre envers la Russie du président Vladimir Poutine, mais aussi le projet avorté -contesté- de taxer les téléchargements sur Internet.

Fief conservateur

A Veszprem, un fief conservateur, les derniers sondages accordent 43% des intentions de vote au candidat du Fidesz, Lajos Nemedi, contre 37% à l'indépendant Zoltan Kesz, soutenu par l'opposition de gauche. M. Orban s'est efforcé de limiter l'enjeu de l'élection, en affirmant qu'il n'a pas de projet législatif requérant une «super-majorité».

Mais pour Csaba Toth, un analyste interrogé par l'AFP, une défaite du Fidesz dans la partielle de Veszprem aurait pour effet de «rendre tangible la plongée récente du parti au pouvoir dans les sondages», et serait donc «importante sur le plan symbolique.» (ats)

Ton opinion