Lausanne: Ordonnances bidon pour une arnaque à l'assurance
Actualisé

LausanneOrdonnances bidon pour une arnaque à l'assurance

Une doctoresse à la retraite et un pharmacien se sont faits les complices d'un filou. La toubib vient d'être punie pour faux dans les titres.

par
Christian Humbert

Curieux trio que cette septuagénaire, ancienne médecin, ce pharmacien lausannois et K. Durant des années, ce dernier a obtenu de la toubib des paquets d'ordonnances pour des médicaments que le pharmacien lausannois, au courant de l'arnaque, a facturés aux assurances, pour K. et des membres de sa famille. L'argent était partagé à deux. La doctoresse retraitée ne percevait pas un sou.

«Dossier mammouth» que celui de K., si l'on en croit l'un des procureurs qui l'a entre les mains. Avec un seul objectif: des escroqueries et des vols pour amasser de l'argent. Le dossier compte toute une série d'arnaques, qu'il aurait été compliqué de juger ensemble.

Une première condamnation vient donc de tomber. Reconnue coupable de faux dans les titres, la retraitée écope de 120 jours-amende avec sursis ainsi que d'une amende de 1200 francs. Elle connaissait K. depuis des années. Sans qu'elle ne soit menacée, sur simple demande, elle a établi des ordonnances, dont certaines simplement signées. Elle n'ignorait donc pas qu'elles étaient bidon.

Le manège a duré jusqu'en décembre 2012. «Il ne souffrait d'aucune infection et elle le savait, lit-on dans le dossier. Elle n'avait aucune confiance en K., qu'elle soupçonnait d'être un escroc. Elle a agi par jeu.» C'est là qu'intervient le pharmacien, dont le jugement est pendant: «Il complétait les ordonnances et se faisait rembourser par les assurances.»

Le Service vaudois de la santé attend la sentence de la justice pour fixer son sort professionnel. La procureure Joëlle Racine note que les montants soustraits sont de l'ordre de quelques milliers de francs.

Ton opinion