Actualisé 14.03.2017 à 16:49

«Moonlight»Oscarisé dans la confusion, «Moonlight» ne séduit pas

Malgré ses six statuettes majeures, «La La Land» n'a pas obtenu le titre de Meilleur film. Voici celui qui le lui a «volé»...

von
Catherine Magnin

Il n'a pas le meilleur réalisateur, le meilleur scénario, la meilleure photographie, les meilleurs décors... Malgré tout, «Moonlight», de Barry Jenkins, a décroché la consécration aux Oscars 2017. C'est un peu aberrant, direz-vous (comme si le meilleur cuistot utilisant les meilleurs ingrédients pour réaliser la meilleure recette ne réussissait pas la meilleure assiette...). Faut-il y voir une concession de Hollywood aux minorités noire et homosexuelle? Il n'est pas interdit de le penser.

Si seulement «Moonlight» avait été un chef-d'œuvre... Oh, il n'est pas mauvais. Il commence même par un chapitre très fort qui raconte comment un caïd de la drogue se révèle un père de substitution fantastique pour un petit fugueur. Il faut voir les échanges de regards, la naissance de la complicité entre ces deux-là, et la maestria de Jenkins à les filmer.

Las! L'intensité du film va aller decrescendo. Le gamin devient ado, découvre l'amitié et l'homosexualité. Et arrive à l'âge adulte avec une bonne dose de refoulé. La mise en scène se fait de plus en plus classique, presque plan-plan, abandonnant à la seule interprétation des acteurs l'expression de la solitude, de la souffrance des personnages. On se prend à rêver du même film monté dans l'ordre chronologique inverse...

«Moonlight»

De Barry Jenkins. Avec Alex R. Hibbert, Mahershala Ali, Ashton Sanders,

Trevante Rhodes.

Sortie le 15 mars 2017

***

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!