Actualisé 28.04.2017 à 08:29

PolitiqueOskar Freysinger fait son retour via l'ASIN

Le conseiller d'Etat UDC valaisan non réélu s'est mis à disposition de l'Association pour une Suisse indépendante et neutre.

de
Christine Talos

Depuis son éviction du Conseil d'État valaisan ce printemps, beaucoup se demandaient si Oskar Freysinger allait disparaître de la scène politique. Réponse ce vendredi dans Le Temps: l'ancien ministre qui doit remettre ce vendredi les clés de son département, revient sur scène via l'ASIN, l'Association pour une Suisse indépendante et neutre.

En effet, l'UDC de Savièse, membre de longue date de l'ASIN, sera présent lors de l'assemblée générale 2017 de l'association le 6 mai à Berne. Il y présentera un «point de situation», selon le programmede l'assemblée, aux côtés du président Lukas Reimann.

Libre circulation au menu

Une assemblée durant laquelle l'ASIN étudiera deux initiatives contre la libre circulation des personnes. La première sera présentée par l'ancien conseiller national UDC Caspar Baader. La seconde, «Ne pas adhérer à l'UE grâce à l'ASIN»/«Sauvetage de la Suisse et défi à relever», selon son intitulé, sera soutenue par l'ex-ministre Christoph Blocher.

Une thématique qu'Oskar Freysinger affectionne particulièrement, souligne Le Temps, qui rappelle qu'il avait même tenu un point de presse durant sa campagne en Valais pour célébrer les 3 ans de l'acceptation par le peuple de l'initiative contre l'immigration de masse.

Reste à savoir quelle fonction il occupera au sein de l'ASIN. Pour l'instant les postes dirigeants sont déjà tous pris. Mais le Valaisan a indiqué être prêt à s'engager davantage sur le terrain. Du côté de l'ASIN, on affirme simplement que la collaboration avec lui va s'intensifier ces prochaines années.

Pour rappel, Oksar Freysinger n'avait pas été réélu au Conseil d'État. Il était arrivé 6e du 2e tour de l'élection au gouvernement le 19 mars dernier. Il s'était fait devancer par le nouveau venu PLR Frédéric Favre. Peu avant son éviction, il avait indiqué dans les colonnes de L'Illustré que si cela arrivait, «sûr que je ne jouerai pas les prolongations. Je disparais de la politique et l'on ne m'y verra jamais plus.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!