Equipe de Suisse: Ottmar Hitzfeld ne change rien
Actualisé

Equipe de SuisseOttmar Hitzfeld ne change rien

La défaite concédée mardi soir contre le Cosa Rica n'a pas ébranlé les certitudes d'Ottmar Hitzfeld.

Malgré la défaite contre le Costa Rica, Ottmar Hitzfeld reste positif.

Malgré la défaite contre le Costa Rica, Ottmar Hitzfeld reste positif.

On ne change rien: tel est le message délivré par le coach national à deux jours de la rencontre contre l'Italie à Genève. Le choix des hommes et la tactique avec ce 4-4-1-1 qui voit Alex Frei jouer très en retrait de Nkufo seront identiques samedi à La Praille. Un seul changement interviendra toutefois avec la rentrée de Valon Behrami. Le joueur de West Ham prendra très certainement la place de Padalino. «Je sais que Behrami peut évoluer dans l'axe. Mais samedi, il jouera sur les côtés», lâche le sélectionneur.

Très décevants contre le Costa Rica, Tranquillo Barnetta et Gökhan Inler seront, ainsi, à nouveau titularisés. «Barnetta a besoin de temps. Il n'a pas joué les derniers matches de la saison avec Leverkusen», précise Ottmar Hitzfeld comme pour dédouaner son joueur.

«Les statistiques ne m'intéressent pas»

«Ce match contre le Costa Rica n'était qu'un match amical. Ce n'était pas encore la Coupe du monde. L'essentiel est d'être prêt le 16 juin, martèle Ottmar Hitzfeld. Bien sûr, il n'est pas agréable de concéder une troisième défaite en trois matches. Mais les statistiques ne m'intéressent pas. Si j'avais voulu obtenir à tout prix un résultat contre le Costa Rica, je n'aurais pas imposé une telle charge de travail à l'entraînement les jours précédents.»

Ottmar Hitzfeld reconnaît toutefois que le contenu du match de mardi fut décevant. «Nous avons commis des fautes. Nous avons eu un temps de retard dans les duels, souligne-t-il. Nous avons trop laissé jouer l'adversaire. Enfin, Blaise Nkufo fut beaucoup trop isolé. Samedi contre l'Italie, il faudra évoluer de manière beaucoup plus compacte.»

Hitzfeld adoube Senderos

Pour Ottmar Hitzfeld, la bonne surprise mardi est venue de la performance de Philippe Senderos. «Il est bien sûr coupable sur le but. Mais cela peut arriver. En revanche, son état de forme fut excellent. Il a vraiment livré un bon match.» On le sait, le coach national tente un véritable pari avec un joueur qui sort d'une saison pratiquement blanche à Arsenal et à Everton. L'impression mitigée laissée par Von Bergen, qui a été introduit à la pause mardi pour Grichting, doit également le conforter là aussi dans ses certitudes.

Même si Ottmar Hitzfeld répète que les remplaçants auront leur chance, l'avenir semble bien bouché pour Hakan Yakin. «Les places sont prises au milieu, glisse-t-il. Hakan a travaillé très dur les premiers jours à l'entraînement avant d'être contraint de se ménager. J'espère qu'il pourra être sur le banc samedi. Et que je pourrai le faire entrer. Une équipe s'est dégagée lors du tour préliminaire. C'est sur cette équipe que j'entends m'appuyer. Mais tout peut encore bouger d'ici le 16 juin.»

Fort de son expérience et de son palmarès incomparables, Ottmar Hitzfeld balaye aujourd'hui toutes les critiques pour donner rendez- vous le 16 juin et ce premier match contre l'Espagne. Une rencontre contre les Champions d'Europe en titre qui ne l'effraye pas - pour l'instant - outre mesure. «Vous savez, je suis très serein», lâche-t- il. Beaucoup plus en tout cas que ses joueurs. (ats)

Ton opinion