Opposition russe: Oudaltsov risque dix ans de camp

Actualisé

Opposition russeOudaltsov risque dix ans de camp

Accusé de «préparation de troubles massifs», le leader de l'opposition russe Sergueï Oudaltsov a été inculpé vendredi. Il risque 10 ans de camps.

Sergueï Oudaltsov, le poing levée, à son arrivée au comité d'enquête de Moscou.

Sergueï Oudaltsov, le poing levée, à son arrivée au comité d'enquête de Moscou.

Le leader de l'opposition russe Sergueï Oudaltsov a été inculpé vendredi pour «préparation de troubles massifs», accusation qui peut lui valoir jusqu'à dix ans de camp et qu'il dénonce comme montée de toute pièce, ont rapporté les agences russes. «Sergueï Oudaltsov a été inculpé, il ne se reconnaît pas coupable», a indiqué le représentant du comité d'enquête Vladimir Markine, ajoutant qu'il lui était interdit de quitter Moscou, où il réside.

M. Oudaltsov, un des chefs de file de la contestation contre le président russe Vladimir Poutine, est arrivé, calme, le poing levé, vendredi matin au comité d'enquête à Moscou, selon les images de la télévision russe.

«C'est une affaire de torture, une affaire honteuse. (...) Je ne suis pas coupable. J'entre à l'intérieur fier et la tête haute », a-t-il déclaré aux journalistes avant d'entrer dans les locaux du comité.

Renverser le gouvernement

Le 17 octobre, le comité a annoncé l'ouverture d'une enquête à son encontre, fondée sur le film d'une chaîne pro-Kremlin, NTV, qui affirmait sur la foi d'images tournées en caméra cachée et d'origine non précisée que des opposants, dont M. Oudaltsov, se préparaient à renverser par la force le gouvernement.

Une perquisition avait alors eu lieu à son domicile. Il avait été ensuite interrogé par le comité d'enquête, qui l'avait libéré en fin de journée, lui imposant cependant de ne pas quitter Moscou. Plusieurs proches de M. Oudaltsov ont aussi été inculpés dans cette affaire, dont Konstantin Lebedev et Léonid Razvozjaev, qui ont tous deux été placés en détention provisoire.

Tortures et menaces

Le cas de ce dernier a eu un retentissement international: membre du Front de Gauche, cet opposant a affirmé avoir été enlevé en Ukraine et ramené de force en Russie pour être placé en détention.

Il a raconté à des défenseurs des droits de l'homme avoir admis sa culpabilité sous la torture et assuré que sa famille avait été menacée de mort.

Son avocat Mark Feïguine a indiqué que M. Razvozjaev allait officiellement contester vendredi sa déposition et demander à ce qu'une enquête soit ouverte sur son «enlèvement» à Kiev.

(afp)

Ton opinion