Publié

TennisOui, c'était déjà fini...

La Hongroise Anna Bondar avait pris la bonne habitude de gagner, au tournoi d'Abou Dhabi. Peut-être même un peu trop.

par
Sport-Center
L’étonnement de la Hongroise

L’étonnement de la Hongroise

DR

Le 5 janvier, la 275e meilleure joueuse du monde avait bien réussi son entrée dans les qualifications, en expédiant la Russe Yana Sizikova, 6-0 et 6-1. Mercredi, elle s'en était extirpée en battant l'Italienne Jessica Pietri au bout du suspense, sur le score de 4-6 6-4 7-5. Bon pour le moral et encourageant pour son premier tour face à la Biélorusse Aliaksandra Sasnovich.

Sauf que pour Bondar, spécialiste du double, la marche était bien trop haute, face au matricule 90 de la WTA et, jeudi, les jeux ont défilé malgré toute la confiance engrangée. La Biélorusse a converti quatre de ses neuf balles de break, alors que la Hongroise n'en réussissait aucune des quatre qu'elles s'étaient procurées.

Frustrée par une mise en jeu défaillante, derrière laquelle elle n'a fait le point que 51% du temps en première balle, la tenniswoman de 23 printemps a fini par être largement menée. A 2-6 3-5 et 15-40, elle a certes passé son deuxième engagement (un peu mou), mais son coup droit suivant est allé mourir dans le bas du filet. «Jeu, set et match Sasnovich», a dit l'arbitre. Mais Bondar était semble-t-il un peu trop dans son monde.

La Hongroise n'a pas compris qu'elle avait pris la porte en 32es de finale et est allée vers son banc, comme si de rien n'était. Quelle ne fut pas sa surprise quand elle a compris qu'elle avait rendu les armes sans le savoir. Un coup d'œil à son camp pour s'assurer que le décompte de l'arbitre était correct et elle a bien été contrainte, la mort dans l'âme, d'aller taper la raquette de celle qui l'a dominée.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
5 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Alf

09.01.2021 à 10:06

Franchement cet article est d’un ridicule!

Hans de Baskerville

08.01.2021 à 12:22

Un bien beau récit à la Disney, bravo au journaliste. Ca c est du très très bon travail. on en redemande. Tout est bien qui finit bien.

Jean V.

08.01.2021 à 12:15

Rarement lu un article autant inutile et ridicule