Ouverture du procès du drame du Queen Mary 2

Actualisé

Ouverture du procès du drame du Queen Mary 2

La justice française a commencé lundi à examiner l'affaire de l'accident de la passerelle du Queen Mary 2, le deuxième plus grand paquebot du monde, qui s'était effondrée en novembre 2003.

Cet accident avait fait seize morts et 29 blessés.

Sur le banc des accusés figurent les Chantiers de l'Atlantique, constructeur du navire, et son sous-traitant Endel, constructeur de la passerelle, qui comparaissent comme personnes morales aux côtés de quatre salariés de chaque entreprise pour «homicides et blessures involontaires». Les prévenus encourent jusqu'à trois ans d'emprisonnement ferme.

Quelque 130 parties civiles se sont constituées pour ce procès qui doit durer jusqu'au 23 octobre devant le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire (ouest).

Chute de 18 mètres

Le 15 novembre 2003, une passerelle permettant d'accéder au Queen Mary 2, alors en cale sèche, s'était effondrée en entraînant 45 personnes dans une chute de 18 mètres.

Les victimes étaient des employés d'une entreprise de nettoyage venant travailler à bord, et deux groupes d'invités de cadres des Chantiers qui avaient pu convier des proches à visiter l'immense navire, deux mois avant sa mise en service.

Un rapport d'expertise réalisé lors de l'instruction avait conclu à une déficience de conception de la passerelle, mais les deux entreprises se rejettent la responsabilité de l'accident.

«Nous pensons bien que personne n'a voulu tuer personne» mais «les victimes attendent la vérité», a expliqué avant l'ouverture du procès Yves Violette, président de l'association des victimes.

Le Queen Mary 2, un paquebot de 150 000 tonneaux, est une véritable ville flottante de 345 mètres de long, 45 de large et 74 de haut, accueillant plus de 2600 passagers et 1300 membres d'équipage. (ats)

Ton opinion