Suisse/Monaco: Pagani veut le séquestre des biens d'Yves Bouvier
Actualisé

Suisse/MonacoPagani veut le séquestre des biens d'Yves Bouvier

Le conseiller administratif de la Ville réclame une mesure de protection sur les avoirs de l'homme d'affaires, inculpé à Monaco pour escroquerie et blanchiment.

Rémy Pagani a écrit mardi au responsable des finances du canton de Genève, Serge Dal Busco, pour l'inviter «à envisager sérieusement un séquestre fiscal sur les avoirs d'Yves Bouvier en Suisse». Le conseiller administratif de la Ville de Genève estime nécessaire de prendre les devants, «faute de quoi, l'Etat de Genève ainsi que la Ville de Genève ne pourraient récupérer les impôts sur les bénéfices et le revenu qui leur seraient éventuellement dus» par l'homme d'affaires genevois ou la compagnie à l'origine des transactions douteuses qu'on lui reproche.

Yves Bouvier est mis en cause par la justice monégasque pour «escroqueries» et «complicité de blanchiment» dans une affaire de vente de toiles de maîtres à l'oligarque russe Dimitri Rybolovlev.

Dans sa lettre au conseiller d'Etat, Rémy Pagani rappelle que diverses mesures de séquestre sur les avoirs d'Yves Bouvier ont déjà été ordonnées, «notamment à Hong Kong et à Singapour». Selon le conseiller administratif, des sommes considérables sont en jeu.

Gros client des Ports Francs de Genève

Yves Bouvier est le patron de l'entreprise de transports Natural Le Coultre. Basée à Genève, cette société s'est spécialisée dans l'entreposage et le transport d'oeuvres d'art. Natural Le Coultre est devenu un important locataire des Ports Francs de Genève, où sont stockées des marchandises non dédouanées et non fiscalisées.

La justice monégasque enquête sur les pratiques d'Yves Bouvier sur le marché de l'art à la suite d'une plainte déposée contre l'entrepreneur par l'oligarque russe et patron de l'AS Monaco, Dmitri Rybolovlev. Celui-ci accuse l'homme d'affaires suisse d'avoir surfacturé des toiles de grands maîtres qu'il lui achetait.

Rémy Pagani ne veut pas que ces revenus perçus lors de ces transactions échappent au fisc genevois, s'il s'avère que ceux-ci, au final, sont imposables à Genève. Selon le conseiller administratif, Yves Bouvier était domicilié à Genève jusqu'en 2009, avant de partir s'installer à Singapour.

Dans une interview accordée au «Temps», Yves Bouvier a rejeté les accusations lancées contre lui par l'oligarque russe de Monaco, assumant avoir fait des plus-values sur la vente de tableaux à Dmitri Rybolovlev, tout en affirmant que ces pratiques étaient parfaitement légales. (ats)

Ton opinion