Programmation: Paléo et Montreux s'accommodent des fuites
Actualisé

ProgrammationPaléo et Montreux s'accommodent des fuites

Les festivals qui tentent de maintenir leur programmation secrète jusqu'au jour J et à l'heure H se font parfois brûler la politesse peu avant leur communication officielle.

Une réalité dont le Paléo à Nyon (VD) et le Montreux Jazz disent plutôt bien s'accommoder.

Coup de théâtre, jeudi, à une heure de la très attendue conférence de presse du Montreux Jazz Festival (MJF) sur sa programmation 2015. Lady Gaga annonce sur la toile son concert sur les bords du Léman cet été en compagnie du crooner Tony Bennett, prenant de court médias et organisateurs.

Début avril, une dizaine de jours avant que le Paléo Festival présente le menu de sa 40e édition, c'est la venue du chanteur Robbie Williams qui avait déjà filtré. Puis, peu après, celle de l'artiste Coeur de pirate.

Comment les organisateurs des deux grands festivals romands réagissent-ils à ces fuites? Envisagent-ils de changer leur stratégie de communication? Quelles conséquences pour les artistes? Et les manifestations ne tirent-elles finalement pas profit de ces buzz? Les réponses à l'ats du directeur du Montreux Jazz, Mathieu Jaton, et du programmateur de Paléo, Jacques Monnier.

Egalité de traitement

Pour le boss du festival montreusien, il est important d'annoncer toute la programmation lors d'une même conférence.«Car nous tenons à donner le même focus à chaque soirée. Nous en proposons 48 et chacune doit trouver son public».

Concernant l'annonce de Lady Gaga, Mathieu Jaton sourit. «Ce n'est pas la première fois que cela arrive, la venue de Prince avait par exemple aussi filtré il y a quelques années». Et à ses yeux, le post de l'artiste avant le point presse, «est presque un honneur».

«Au début, on se dit mince», poursuit-il. «Mais finalement, cela a tourné les projecteurs sur notre conférence une heure avant son début. Ce sont des circonstances heureuses».

Reste que le directeur du MJF n'envisage pas d'opter pour une stratégie qui consisterait à dévoiler petit à petit sa programmation ou du moins ses têtes d'affiche. «Ce serait une grosse erreur de communication. Je le répète, nous tenons à ce que chaque soirée puisse trouver sa place et, en plus, on ne s'en sortirait pas».

Relativisme à Nyon

Du côté du festival nyonnais, on est aussi philosophe face aux fuites, qui ne sont pas non plus une nouveauté. «Certes, cela casse un peu l'effet de surprise mais avec le recul, on se dit que ce n'est pas si mal, explique Jacques Monnier. Et deux, trois noms qui filtrent sur 120 groupes, il faut relativiser».

Quant à d'éventuelles sanctions envers l'artiste, l'agent ou son équipe, le programmateur de Paléo n'y voit pas d'intérêt: «Que peut-on faire? On ne va pas lancer des procédures judiciaires. Parfois, il s'agit d'un artiste tout content de venir à Nyon et ça sort, comme ça. Le principal, c'est qu'il soit là le jour du concert».

Exceptions possibles

Par ailleurs, Paléo fait des exceptions, mais plutôt pour les petits groupes qui demandent à pouvoir annoncer leur présence sur la plaine de l'Asse un peu avant la conférence de presse. «Ils ont davantage besoin d'être mis en avant et lors de l'annonce de la programmation, on ne peut pas s'arrêter sur chacun des artistes. Finalement, c'est bien pour tout le monde».

Montreux se montre également flexible. «Certains groupes nous demandent de pouvoir annoncer leur concert lorsqu'ils présentent le programme de leur tournée. Nous jaugeons à chaque fois», précise le directeur.

Des deux côtés, le son de cloche est le même: ces fuites ne sont pas une stratégie des organisateurs et la communication des prochaines éditions ne va pas changer. «Pour l'heure, on va rester dans ce mode de fonctionnement», assure Mathieu Jaton. «C'est notre façon de faire, on aime bien lancer le festival, inviter tout le monde et expliquer nos choix», abonde Jacques Monnier. «Tant que l'on peut, on va continuer comme ça». (ats)

Ton opinion