Logisitque: Panalpina essuie une perte de 70,2 millions
Actualisé

LogisitquePanalpina essuie une perte de 70,2 millions

Le groupe bâlois Panalpina a dû faire face à de nombreuses charges l'an passé, qui l'ont fait plonger dans le rouge.

Le spécialiste de transport et logistique Panalpina a plongé dans le rouge en 2012, plombé par les charges exceptionnelles, dont une amende cartellaire de 59,2 millions de francs. Le groupe bâlois accuse une perte nette de 70,2 millions, contre un bénéfice de 127,4 millions un an plus tôt.

La provision constituée au 1er trimestre, conséquence des sanctions infligées par les gendarmes européen et suisse de la concurrence, a certes marqué les résultats. Mais mercredi à Zurich, Monika Ribar, directrice générale de Panalpina, a surtout souligné l'évolution décevante du fret aérien.

Dans son principal pilier en effet, les volumes acheminés ont fléchi de 6%. Très dépendante des secteurs de la haute-technologie, des télécoms et de la pharma, la firme a souffert l'an passé de la faiblesse des importations, notamment en Europe, explique Monika Ribar.

La perte d'un gros client a en outre exigé un amortissement de 29,6 millions de francs sur la filiale norvégienne Grieg Logistics, auquel s'ajoute une charge de 25,4 millions liée à des suppressions d'emplois. Les frais uniques ont totalisé 114,2 millions, auxquels se greffent les coûts liés à l'expansion du domaine logistique.

Record pour le fret maritime

Lundi, son principal concurrent, Kühne Nagel, a publié des résultats 2012 également impactés par une amende de 65 millions de francs des autorités cartellaires européennes. Le bénéfice net du géant schwyzois est ressorti à 493 millions de francs, contre 606 millions en 2011.

Au plan opérationnel, la perte d'exploitation (EBIT) de Panalpina atteint 37,4 millions, après un excédent de 174,2 millions l'année précédente. «Nos résultats ne sont pas satisfaisants», déclare Monika Ribar. «Nous n'avons pas réagi assez rapidement au niveau des coûts», ajoute-t-elle.

Si le bénéfice brut global a fléchi de 1% à 1,46 milliard de francs, les revenus nets se sont eux étoffés de 2% à 6,617 milliards. Le fret maritime a transporté quant à lui des volumes record et dégagé un résultat brut en progrès de 5% à 460 millions.

Le groupe s'est aussi affirmé dans les nouvelles affaires des services logistiques, dont le profit brut a crû de 8% à 378 millions de francs. Ces performances n'ont toutefois pas pu compenser le repli de 9% dans le fret aérien, à 627 millions.

Par régions, seules les Amériques affichent une progression, en dépit d'un ralentissement des échanges. Tant l'Europe, qui contribue pour près de la moitié au bénéfice brut, que l'Asie, accusent un recul sur douze mois.

Vigilance en 2013

«L'adaptation plus rapide des coûts aux volumes est une priorité», a souligné le nouveau chef de finances, Robert Erni. En poste depuis janvier, celui-ci a été recruté chez Kühne Nagel. Pour sa part, Monika Ribar avertit que la gestion des coûts ne suffira pas.

Pour 2013, le groupe se montre très prudent et table sur un contexte difficile et volatil. «Nous devrons demeurer vigilants pour prendre rapidement les mesures nécessaires», souligne la directrice. La tendance vers des envois moins volumineux, mais plus nombreux, pose un problème de fond.

Le portefeuille du fret aérien va subir «un examen critique» et Panalpina pourrait se séparer de clients ne répondant plus aux exigences de marge. Le groupe entend mieux exploiter son réseau en Asie et en Amérique latine et investir dans son domaine logistique.

Malgré les résultats inférieurs aux attentes du marché, les actionnaires se verront proposer un dividende inchangé de 2 francs par action lors de l'assemblée générale en mai. A la Bourse suisse, le titre a chuté de 6,5% mercredi à la clôture, à 92 francs, dans un marché en léger recul, avec un plus bas du jour à 91,60 francs.

(afp)

Ton opinion