Japon: Panasonic s'est enfoncé dans le rouge l'an passé
Actualisé

JaponPanasonic s'est enfoncé dans le rouge l'an passé

Le géant japonais de l'électronique a essuyé une perte nette gigantesque pour la deuxième année de suite en 2012/2013, en raison de frais de restructuration qui masquent en réalité un très fort regain de rentabilité opérationnelle.

Panasonic s'attend à du mieux en 2013/2014.

Panasonic s'attend à du mieux en 2013/2014.

Pour l'année d'avril 2012 à mars 2013, Panasonic a affiché un déficit net de 754,25 milliards de yens (quelque 7 milliards de francs), du fait des coûts induits par les nombreuses dispositions prises pour réorganiser ses activités, a-t-il précisé vendredi.

Le groupe a enregistré plus de 500 milliards de yens de charges liées à des dépréciations dans ses activités de batteries lithium-ion, de panneaux solaires ou encore de téléphones portables. Se sont ajoutés à cela des impôts de plus de 400 milliards.

Le groupe a, de surcroît, subi une baisse des ventes de téléviseurs et dalles d'écrans victimes d'une chute de la demande conjuguée à une concurrence infernale. Il a aussi vendu moins de téléphones mobiles, mais s'est en partie rattrapé sur les équipements audiovisuels et de radionavigation pour automobiles.

Panasonic avait déjà déploré une perte nette colossale un an plus tôt, un peu plus élevée que celle de 2012/2013.

Bénéfice attendu

«Nous ne pouvons pas nier qu'il aura fallu du temps pour que se fassent sentir les effets des mesures que nous avons prises pour affronter la conjoncture après la crise financière de 2008-2009», reconnaît l'entreprise.

Celle-ci promet que, cette fois, c'est fini, elle va de nouveau dégager un bénéfice net cette année, de 50 milliards de yens, estime-t-elle, une prévision identique à celle de son éternel rival Sony.

Panasonic est d'autant plus confiant dans ses capacités de redressement qu'il a réussi en 2013/2014 à quasiment quadrupler son résultat d'exploitation annuel à 161 milliards de yens, en dépit d'un repli de 6,9% de son chiffre d'affaires à 7303 milliards, après déjà une chute de 10% un an plus tôt.

Pour 2013/2014, il juge que les mesures prises pour concentrer ses ressources sur les activités les plus porteuses et réduire les déficits des plus fragiles porteront. Il devrait aussi être aidé par des taux de change plus favorables.

Son chiffre d'affaires devrait certes être un peu inférieur à celui de l'exercice passé, à 7200 milliards de yens, mais le groupe estime dégager un bénéfice d'exploitation en hausse de 55% sur un an à 250 milliards. (ats)

Ton opinion