Tour d'Italie: Paolo Tiralongo ou la victoire du Sud
Actualisé

Tour d'ItaliePaolo Tiralongo ou la victoire du Sud

Paolo Tiralongo a enlevé l'étape la plus méridionale du Giro 2015, dimanche, à San Giorgio del Sannio, dans la région de la Campanie, où l'Espagnol Alberto Contador a sauvé son maillot rose.

A 37 ans et 313 jours précisément, Tiralongo est l'un des cinq coureurs les plus âgés du peloton du Tour d'Italie. Et aussi le vainqueur le plus âgé de l'histoire (moderne) du Giro, selon les statistiques de l'organisation.

Au-delà de l'anecdote, le Sicilien d'Avola, l'un des vignobles réputés de l'île, a surtout apporté son premier succès à l'équipe Astana, dont le chef de file, Fabio Aru, au tempérament incandescent, a une nouvelle fois attaqué Contador dans cette étape éprouvante.

Si son démarrage dans la dernière difficulté du parcours, a été muselé par Contador, son sprint dans le faux-plat d'arrivée a permis à Aru de grignoter une seconde à l'Espagnol. Et se rapprocher à trois secondes du maillot rose, avant la première journée de repos.

Aru, qui a manifesté une autorité naturelle malgré son jeune âge (24 ans), a enflammé une nouvelle fois la course. Sans parvenir à distancer Contador et l'imperturbable Richie Porte, l'Australien qui est resté dans les roues de ses deux rivaux dans les douze derniers kilomètres.

Quand le trio s'est dégagé, avec un autre coureur d'Astana (Landa), sur les pentes du Passo Serra, un petit col très raide, le Sarde n'a pas hésité à demander à ses compagnons de rouler afin de distancer Rigoberto Uran.

A l'arrivée, le Colombien (2e du Giro en 2013 et 2014) a lâché une cinquantaine de secondes supplémentaires pour compter désormais plus de deux minutes de retard au classement.

Pour le maillot rose et la caravane, qui ont pris en soirée la direction de Civitanova Marche, distant de près de 400 kilomètres, la prochaine journée est consacrée au repos. Avant la remontée vers le nord.

Reichenbach troisième à Campitello

Samedi, l'Espagnol Benat Intxausti (Movistar) a remporté la 8e étape sur les hauteurs de Campitello Matese. Le Valaisan Sébastien Reichenbach (IAM) a pris la 3e place de cette première arrivée au sommet.

Reichenbach a longtemps pu espérer fêter un succès retentissant. Le Valaisan de 26 ans avait abordé la dernière montée de 13 km (moyenne 6,9%) dans un groupe de neuf poursuivants. «J'étais venu reconnaître cette étape après Tirreno - Adriatico. Je l'avais dans la tête», relevait-il après l'arrivée.

A 4,3 km de l'arrivée, en compagnie de Intxausti, le grimpeur de IAM a dépassé le Néerlandais Steven Kruijswijk seul en tête. Peu de temps après, l'Espagnol a placé une attaque à laquelle Reichenbach n'a pas pu répondre. «Là, j'ai clairement manqué d'expérience quand il est parti», poursuivait le Valaisan, qui avait été «truandé» par l'Espagnol. Il a finalement atteint l'arrivée avec 31'' de retard sur le vainqueur du jour et a conservé 4'' d'avance sur tous les cadors du Giro ! «C'est bien d'être sur le podium mais nous tournons autour de la victoire. Il serait temps d'en claquer une bonne.».

Le grimpeur valaisan entend bien retenter sa chance dès qu'il le pourra. «J'ai perdu du temps dans les premières étapes, victime des cassure. Maintentant dès qu'une occasion se représentera, je sauterai dessus. Il n'est pas prudent de viser absolument une étape.» (ats)

Ton opinion