«Papa, quand je serai grand, je serai un pro du ménage»
Actualisé

«Papa, quand je serai grand, je serai un pro du ménage»

Le secteur du nettoyage profite de la Cité des métiers, qui débute aujourd'hui, pour poutser son image et attirer les jeunes.

«Pour retirer une tache de rouille dans une baignoire, il suffit d'imbiber la tache de jus de citron vert, puis de sel. Laissez agir environ vingt minutes, puis frottez et rincez, la tache aura disparu!»

Cette recette de grand-mère du radical Pierre Maudet est publiée ces jours dans la presse afin de faire la promotion des métiers du nettoyage. «Je soutiens complètement cette démarche. Il faut revaloriser un métier qui a une mauvaise image et pour lequel il y a des débouchés, explique Pierre Maudet. De plus je trouve l'idée sympa et originale.»

D'autres politiciens comme le socialiste Thierry Apotheloz ou la libérale Fabienne Gautier se sont prêtés à l'exercice. Cette campagne de publicité s'inscrit dans la perspective de la Cité des métiers, qui s'ouvre aujourd'hui. «On profite de l'opportunité de la Cité des métiers pour faire la promotion du secteur du nettoyage», dit Florence Carron, secrétaire patronale de la Commission paritaire professionnelle du nettoyage qui est à l'origine de cette campagne.

«Nous sommes à la recherche de gens formés, mais peu de jeunes font des apprentissages dans ce domaine», confie Florence Carron. «Ce sont des métiers nobles qui sont utiles à la société, souligne la secrétaire patronale. Ils ont quelques avantages, notamment une hiérarchie que l'on peut gravir facilement, mais également toucher des bon salaires.»

Renaud Bournoud

Ton opinion