Agenda: Par ici toutes les sorties ciné de ce 18 octobre
Actualisé

AgendaPar ici toutes les sorties ciné de ce 18 octobre

Quels films sortent en Suisse romande cette semaine? Réponse ici, avec toutes les bandes-annonces en prime.

par
Catherine Magnin

«La belle et la meute», de Kaouther Ben Hania:

Bande-annonce «La belle et la meute»

La bande-annonce de «La belle et la meute», de Kaouther Ben Hania

Retrouvez notre critique ici

«The Square», de Ruben Östlund:

Retrouvez notre critique ici

Bande-annonce «The Square»

La bande-annonce de «The Square», de Ruben Östlund

«Zombillénium», d'Arthur de Pins:

Bande-annonce «Zombillénium»

La bande-annonce de «Zombillénium», d'Arthur de Pins

Si le parc d'attractions Zombillénium porte ce nom, c'est que les morts-vivants y font le spectacle. Mais ils ont fort à faire avec la concurrence des vampires, chouchoutés des visiteurs... Qui va les départager? Peut-être Hector, un contrôleur des normes de sécurité transformé en monstre pour avoir mis le doigt sur les secrets du parc... Adapté par Arthur de Pins de sa propre BD, «Zombillénium» vaut surtout par son graphisme faussement 3D. Il pèche en revanche par un scénario sans grande surprise, qui fait paraître un peu longues ses 80 minutes. On aurait bien voulu que tout le film soit du même tonneau que le ­générique qui, lui, résume le passé du parc en quelques merveilleux coups de crayon... ***

«Knock», de Lorraine Levy:

Bande-annonce «Knock»

La bande-annonce de «Knock», de Lorraine Levy

Knock (Omar Sy), le nouveau médecin du ­village, n'a pas été filou pour rien. Son slogan, «Tout bien portant est un malade qui s'ignore», lui rapporte vite notoriété et fortune. Ça ne plaît pas à tout le monde, surtout pas au curé... Quatrième adaptation au cinéma de la pièce de théâtre de Jules Romains, ce «Knock», qui déplace l'action des années 1920 aux années 1950, sonne mièvre et faux. **

«Les nouvelles aventures de Cendrillon», de Lionel Steketee:

A l'instar d'Aladdin (dont Lionel Steketee devrait réaliser la suite des aventures), la souillon à la chaussure de vair a droit à sa version XXIe siècle. Soit une employée (Marilou Berry) qui babysitte le fils d'un collègue et lui narre le fameux conte, revu et corrigé selon ses desiderata féministes. Sauf que le chenapan s'enferre à enfermer Cendrillon dans des clichés sexistes. Ni grands ni petits ne devraient y trouver leur... conte. *

«My Little Pony: le film», de Jayson Thiessen:

Bande-annonce «My Little Pony: le film»

La bande-annonce de «My Little Pony: le film», de Jayson Thiessen

«La fée Clochette» a de la concurrence avec «My Little Pony: le film» et son pays de ponettes dont les princesses sont des licornes. Là, Twilight est seule capable de barrer la route au méchant Storm qui menace toute la contrée. Seule? Non. Car Twilight n'est pas la princesse de l'amitié pour rien! Adapté des jouets Hasbro, ce film sans chichi remplit honorablement son contrat. **

«Le monde secret des Emojis», de Tony Leondis:

Bande-annonce «Le monde secret des Emojis»

La bande-annonce de «Le monde secret des Emojis», de Tony Leondis

Etre une icône capable de traduire une émotion dans un message électronique n'est pas un job de tout repos. C'est même une vocation! Bof, lui, est une anomalie: il n'arrive pas à faire une tête de «bof». Sa cheffe, Smiler, pourrait le supprimer... Entre mauvais placement de produit et mode d'emploi bancal pour retardataire du numérique, Tony Leondis signe un film... sous-bof! *

«L'assemblée», de Mariana Otero:

Bande-annonce «L'assemblée»

La bande-annonce de «L'assemblée», de Mariana Otero

Comment exprimer une volonté démocratique en respectant la variété de discours de chacun? Tel est l'enjeu de «L'Assemblée». Mariana Otero a filmé pendant trois mois les débats du mouvement Nuit debout, né au printemps 2016 lors des manifestations contre la réforme de la loi travail, en France. Un film qui donne à réfléchir, et l'envie de le dire. ***

«La quête d'Alain Ducasse», de Gilles de Maistre:

La plus grande récompense d'un cuisinier étoilé comme Alain Ducasse est de pouvoir se consacrer à la création. On verra donc peu le chef au quotidien derrière les fourneaux. Mais on le verra goûter, tester, avec une passion qui ne défaille pas. Dommage

que le doc qui le montre ainsi à l'oeuvre ne soit pas plus relevé... ***

Ton opinion